Rovaniemi 300, a race with SISU - une course qui a du SISU





pour accéder directement au texte en français


Monday, 8am. Niksanpera Laavu on Kemijoki, Mandatory Waypoint 11, at 162km. What a dreamview in the small hours!

I've now been in the race for 47 hours and felt a tremendous joy upon waking up in such a peaceful and preserved place. Yet I came close to missing out on this spectacular view...

Comfort Zone

My third time on the starting line of the Rovaniemi 150 races. Let me tell you, that's quite something for someone who hates repetition and habits...! Curiously enough, it felt really good to find myself back there on the ice, chatting along with friends and new acquaintances, taking pictures and the unavoidable pre-race selfies, all eager to get started.

After last year failure in Arrowhead Ultra 135, I felt really confident about my prep. I had improved on my gear and trained accordingly. Of course, the gremlins' voice are always around, trying to sneak nasty doubts in your mind (did I train enough? Do I have all I need? Or too much?, etc.) along with a light pre-race stress. To be honest, I felt compelled to finish, and in a rather good time, as I already completed it once. I'm a competitor after all!

But I must say I felt pretty good and really eager to get rock and running.


3.2.1. Go!

What an exhilarating feeling to take off on Ounasjoki! Fatbikes, runners, skiers, all categories, all distances together. Such a powerful feeling of freedom and joy, it's hard to explain!

As I now know the first loop pretty well, I know what to expect and really decide to start nice and easy. My plan was to keep as steady a pace as possible. The more regular the faster. The conditions would probably be challenging due to the warmer temperatures. But for now, the river is still nice and frozen allowing the participants to move with ease.

Around km 17, the snow got a bit softer and things got more complicated. Sections with snowshoes. The infamous Hell Section through the forest. Sinettajärvi, the lake with overflow and soft snow... Progression slowed down drastically...


Free Fall

By the end of Sinettajärvi, I started feeling funny. I know the symptoms all too well of my stomach getting upset. So I slowed down a bit, took the natural medicine I had and decided to stop for a while at CP3. Half an hour later, it looked alright, so I kept on. But it got worse. I had to stop and rest at CP4. Only to set off again and feel worse and worse. I was sick as a dog! So sick that I decided to stop and sleep before CP 5. I barely could walk, staggering like a drunkard! That one-hour sleep got me going until CP5 where I stop again and tried to drink at least something sweet. The volunteers there were so funny and friendly that it cheered me up and I pushed on to CP6, Kuusilampi.

But I was sick all the way. So I decided to make another 30-minute stop. My speed was slower than an African tortoise!! On my legs again, I caught up with one of the 300 runners and told him I was near to quit. But anyway, I kept on. And on. And on. I was so dizzy... it was truly awful. Reaching the road to Tapionkylä, shortly before km 100, I stopped and called my hubby. I was exhausted and feeling hopeless. I couldn't give up. But I couldn't push further...

My husband told me that, for the exception of the girl, I was still ahead of the 300 pack. So why not stop and get some proper rest and decide next?

So right there, next to the road, I put my sled on top of the snow bank, dig myself deep into my sleeping-bag and slept. Let me die here...


The rise of the Phoenix


I slept like a baby. And woke up two solid hours later. A message from my hubby asking me how I am doing. Actually...? I feel better. I know that now I'm the last of the 300 runners. You bet, I slept more in one day than planned for the whole race... Me, Rachel, am last....😱😱😱😱. My worst nightmare. But curiously enough, it didn't bring me any further down...

I was at my lowest so it couldn't be worse. It could only get better.
I have only one thought in mind: stand up and walk. As far and as fast as I can.

Quick call home and I'm off again. Not giving up. No way. I am a warrior. Warriors don't give up. A sip of my electrolyte drink and I'm on my way to CP7, Toramokivalo.

Shortly after I catch up with Kaisa, a Finnish runner. We exchange a few words and as of every encounter I make, it lights me up. I keep walking, fast. I still can't eat but feel a lot better anyway. The trail to CP7 is endless. Up and downhills, never-ending forest tracks... I pass Gunilla from Sweden right before reaching the welcoming Toramokivalo. Some familiar faces among the runners and volunteers. I feel a blast of joy and energy! If I've made it here, I can finish the race. And finish it well.


I took my time there, enjoyed the place and even managed to eat a few bites of my freeze-dried pasta (not knowing it would be my only real meal of the entire 320km!) before setting off on the trail in high spirits. 

Rachel is back and unstoppable!

By CP8, the last one on the first 150k loop, I had caught up with most of the Rovaniemi 300 runners. Having lost so much time during the first 30 hours, I decided not to rest there and to keep on until the next shelter, on the Kemijoki, some 20km away.






A race made out of the four elements



What a long way to Wpt 11!! I was exhausted. At the laavu, one of the cyclists and Omar, a Spanish runner were also resting. Waking up there after a couple hours of good sleep felt amazing! The temperatures were mild for the season and made it incredibly easy to change my contact lenses, socks and base layers. The French TV, who was following the French runner, arrived shortly before Omar and I set off on the river again.

Water. Water was everywhere on the surface that morning. We call the phenomena overflow, when the water comes over the ice cover of the rivers and lakes. There's always more than enough ice to use the rivers as pathways but you might find yourself knee-high deep in the snow or water! In this case, snowshoes or overboots are mandatory. It took us what seems a really long time to reach the shore.

Forest. Woods. Trees. And hills. Endless hills and curves. That was about it for the next 17km section of soft snow.

Followed by more rivers, more lakes, more overflow, more deep snow, all requiring a lot of efforting and energy! Indeed, it really requires some fire energy to keep going in such harsh conditions! It was tough, really tough. Not mentioning I was hardly eating anything, keeping my stomach as relaxed as possible by visualisation and positive mantras...!

Thankfully the spectacular lights and magical colours playing in the Finnish sky never stop impressing me, helping me keep my spirits high and a mind of steel. 

Air. Earth. Water. Fire. Indeed a race woven in the four essential elements.





Calling on SISU

Despite it all the hard conditions, I was so grateful and delighted to be there! I had not given up, I fell and rose again. And now on Monday evening, when I stopped to boil water, I was back at the second position in the foot category! I knew that all the support I remotely got from my family and beloved ones was boosting me. I believe in Magic, I believe in the Power of Nature, I believe in the Spirit of the North. And I called upon all those forces to help me achieve my goal: finish the race.

SISU.

I think that for the very first time I really understood and feel SISU.

The famous Finnish concept of Sisu is a grim, gritty, white-knuckle form of courage that is presented typically in situations where success is against the odds. Stoic determination. Tenacity of purpose. Grit.  Courage. Resilience. Bravery. Hardiness. 

I've always been in awe of what Sisu represents. And now I was experiencing it for real. Unstoppable.

I kept moving at the same pace, hardly stopping. If I couldn't catch up with the head of race, at least I was going as fast and strong as possible.

Up and downhills, soft snow, frozen lakes, forest. More hills. Tuesday was a hard day. My sled seemed to weight tons, hardly sliding due to the soft snow conditions. I felt like a tiny car towing a heavy trailer!! But every step takes me closer. One step after the other. One kilometer after the other. I would finally get there...

That day I saw only a few locals who came to say hello and cheer me up on my way. Always so friendly! Funny enough, I thought, they probably didn't think I had any Sisu. For them, I must merely look like a crazy girl hauling a big pulka on an obscure sport event..😂


The 300 Snowy Grail


On Tuesday evening I reached Wpt 29, the second to last waypoint. 30k left to Rovaniemi. And guess what? My stomach finally decided to let go of the pressure and suddenly I was there craving for food!!! And so here am I power walking and jogging my way to the finish line! Well, it still took me another 6 hours from wpt 29 😜!

Spoiler Alert: The final 20k on Ounasjoki are deadly. Better have a very creative mind to keep you awake and going in the right direction! And Rovaniemi Bridge in the distance... soon there but never quite there.

The funniest was still to come: when I finally - finally!! - reached the shore next to Arktikum at 2.20am where I was supposed to get out of the river, I couldn't see anything nor anybody. I decided to push through to Pilke. No One, Nada. Not a living soul. Just an empty car park.

It turned out that the guys from the organisation accidentally fell asleep, exhausted from hours of night watch, and missed my arrival!!

What a mischievous blink from the Universe! 

"You've just run the hardest  320k of your life and finished second overall. 
But this isn't a reason to take any of this too seriously!"

Talk about humility and a solid sense of humour!

As Àlex Casanovas, the race director said: "this race is a game. Think of it as a game. Follow the rules and you win. You all win something" 

Well, I really loved playing that game, however hard it was. And I've won so much more than a medal and a trophy 😉

A huge and special THANK YOU - KIITOS - MERCI - GRACIAS - GRAZIE to those who contributed to my victory!!! 💗💪



Related articles: Rovaniemi 150 - Rovaniemi 300 - Video Rovaniemi 300

_________________________________________________

Version française

Lundi 8h. Niksanpera Laavu sur Kemijoki, Waypoint obligatoire 11, à 162 km. Quelle vue de rêve au petit matin!

La course a commencé il y a 47 heures et je resssens une joie immense de me réveiller dans un endroit aussi paisible et préservé. Pourtant, j'ai failli ne jamais voir cette vue spectaculaire ...

Zone de confort

Mon 3ème départ dans un des 3 Rovaniemi 150 races. Laissez-moi vous dire que pour quelqu'un qui déteste les répétitions et les habitudes, c'est un événement ...! Curieusement, je me sentais vraiment bien de me retrouver là sur la glace, bavardant avec des amis et de nouvelles connaissances, prenant des photos et les inévitables selfies d’avant la course, tous impatients de commencer.

Après mon échec sur la Arrowhead Ultra 135, je me sentais cette fois vraiment confiante et prête. J'avais amélioré mon équipement et m'étais entraînée en conséquence. Bien sûr, mes petits démons sont toujours présents, essayant de faire naître des doutes dans mon esprit (est-ce que je me suis suffisamment entraînée? Ai-je tout ce dont j'ai besoin? Ou trop? Etc.) ainsi qu'un stress léger avant la course. Pour être honnête, je m'étais mis la pression de terminer et dans un assez bon temps, vu que je l'avais déjà fait une fois. Je suis super compétitrice après tout!

Mais je dois dire que je me sentais très bien et avais vraiment hâte de m'élancer.


3.2.1. Partez!

Quel sentiment exaltant de s'élancer sur Ounasjoki! Fatbikes, coureurs, skieurs, toutes catégories, toutes distances confondues. Un tel sentiment de liberté et de joie! Difficile à expliquer...

Comme je connais plutôt bien la première boucle maintenant, je sais à quoi m'attendre et avais décidé vraiment de commencer gentiment et sans précipitation. Mon plan était de garder un rythme aussi régulier que possible. Le plus régulier le plus rapide. Les conditions seraient probablement difficiles en raison de la hausse des températures. Mais pour le moment, la rivière est toujours bien gelée, ce qui permet aux participants d'avancer facilement.

Vers le km 17, la neige est devenue un peu plus douce et les choses se sont compliquées. Passages avec raquettes. La fameuse section de la "mort qui tue" à travers la forêt. Sinettajärvi, le lac avec ses débordement d'eau et à la neige molle ... La progression ralentit considérablement ...


Chute Libre

À la fin de Sinettajärvi, j'ai commencé à me sentir bizarre. Je ne connais que trop bien ces symptômes: mon estomac qui fait des siennes. Alors, j'ai ralenti un peu, pris les médicaments naturels que j'avais et décidais de m'arrêter un moment au CP3. Une demi-heure plus tard, ça avait l'air d'aller, alors j'ai continué. Mais ça a empiré. J'ai dû m'arrêter et me reposer au CP4. Pour repartir et me sentir de mal en pis. J'étais malade comme un chien! Tellement malade que j'ai décidé de m'arrêter et de dormir avant le 5e CP. Je pouvais à peine marcher, titubant comme une ivrogne! Cette heure de sommeil m'a permis de continuer jusqu'au CP5, où je me suis encore arrêtée et j'ai essayé de boire au moins quelque chose de sucré. Les volontaires là-bas étaient si drôles et sympathiques que cela m'a remonté le moral et j'ai poursuivi ma progression vers le CP6, Kuusilampi.

Mais j'ai été malade tout le temps. J'ai donc décidé de faire un autre arrêt de 30 minutes. Quelle vitesse de tortue!!
A nouveau sur mes jambes, j'ai finalement rattrapé l'un des coureurs de la 300 et lui ai dit que j'étais sur le point d'abandonner. Mais j'ai continué quand même. Et encore. Et encore. J'avais la tête qui tournait, les jambes qui flagolaient.… c'était vraiment affreux. En arrivant à Tapionkylä, peu avant le km 100, je me suis arrêtée et j'ai appelé mon mari. J'étais épuisée et me sentais désespérée. Je ne pouvais pas abandonner. Mais je ne pouvais plus avancer ...

Mon mari m'a dit alors que, à l'exception de l'autre fille, j'étais toujours en avance sur le groupe de 300. Alors, pourquoi ne pas m'arrêter, prendre un peu de repos et décider ensuite?

Alors, j'ai posé ma pulka sur le tas de neige en bordure de route, je me suis mise dans mon sac de couchage et me suis endormie. Laissez-moi juste mourir ici ...



Le Phénix renaît de ses cendres


J'ai dormi comme un bébé. Et me suis réveillée deux heures plus tard. Un message de mon mari me demandant comment je vais. Franchement...? Mieux. Je sais que maintenant je suis la dernière des 300. C'est sûr! Avec tout ce que j'ai traîné et dormi!  ... Moi, Rachel, je suis la dernière....😱😱😱😱. Mon pire cauchemard.... Mais étonnement, cela ne m'a pas plus déprimée que ça...

J'étais au plus bas donc ça ne pouvait pas être pire. Cela ne pourrait que s'améliorer. 
Je n’ai qu’une seule idée en tête: me lever et marcher. Aussi loin et aussi vite que possible

Rapide appel à la maison et je repars. Ne pas abandonner. En aucune façon. Je suis une guerrière. Les guerriers n'abandonnent pas. Une gorgée de ma boisson aux électrolytes et je me pars pour le CP7, Toramokivalo.

Peu de temps après, je rattrape Kaisa, une coureuse finlandaise. Nous échangeons quelques mots et à chaque rencontre que je fais, ça me rebooste. Je continue à marcher vite. Je ne peux toujours pas manger mais je me sens beaucoup mieux quand même. Le track menant au CP7 est sans fin. Montées et descentes, pistes forestières interminables ... Je passe Gunilla, qui vient de Suède, juste avant d'arriver à l'accueillant Toramokivalo. Quelques visages familiers parmi les coureurs et les bénévoles. Je sens une joie et une énergie immenses en moi! Si je l'ai fait jusqu'ici, je peux finir la course. Et la finir bien
.


Je pris mon temps là-bas, pour apprécier les lieux et manger un peu de mes pâtes lyophilisées (sans savoir que ce serait mon seul vrai repas sur 320 km!) Avant de partir sur le sentier de super bonne humeur. Au taquet!

Rachel est de retour et inarrêtable!

Au CP8, le dernier de la première boucle de 150 km, j'avais rattrapé la plupart des coureurs de la 300. Ayant perdu beaucoup de temps au cours des 30 premières heures, j’ai décidé de ne pas me reposer làet de poursuivre jusqu’au prochain abri, à Kemijoki, à une vingtaine de kilomètres de là.




Une course taillée dans les 4 éléments



Comme c'était long jusqu'au Wpt 11 !! J'étais épuisée. Au laavu, un des cyclistes et Omar, un coureur espagnol se reposaient également. Je me suis réveillée après deux heures de sommeil profond. Les températures clémentes pour la saison, ont rendu eincroyablement facile le changement de mes lentilles de contact, des chaussettes et de mon Merinos. La télévision française, qui suivait le coureur français, est arrivée sur les lieux peu de temps avant qu'Omar et moi repartissions sur la rivière.


De l'Eau. L'eau était partout à la surface de la rivière ce matin-là. Nous appelons le phénomène "débordement" (overflow), lorsque l'eau vient par-dessus la couche de glace sur les rivières et lacs. Il y a toujours bien assez de glace pour utiliser les rivières comme routes, mais vous pouvez vous retrouver dans la neige ou dans l'eau jusq'à mi-genoux! Dans ce cas, les raquettes ou les surbottes (overboots) sont obligatoires. Et il nous a fallu beaucoup de temps pour atteindre le rivage...

Forêt. Des forêts. Des arbres. Et des collines. Des collines et des courbes sans fin. C'était à peu près tout ce qui nous attendait pour la prochaine section de 17 km de neige molle.

Suivie par d'autres rivières, d'autres lacs, plus de débordements, plus de neige épaisse, tous très demandeurs d'efforts et d'énergie! Franchement, il faut vraiment une énergie de feu pour continuer dans des conditions aussi difficiles! C'était dur, vraiment dur. Sans mentionner que je ne mangeais presque rien, essayant de garder mon estomac aussi détendu que possible par la visualisation et des mantras positifs ...!

Heureusement que les lumières magiques et les couleurs spectaculaires jouant dans le ciel finlandais ne cessent jamais de m'impressionner, m'aidant à garder le moral et un mental d'acier.

Air. Terre. Eau. Feu. Pour sûr, une course taillée dans les quatre éléments essentiels.




Le Réveil de SISU

Malgré toutes ces conditions difficiles, j'étais tellement reconnaissante et heureuse d'être là! Je n'avais pas abandonné, j'étais tombée et m'étais relevée. Et à présent, lundi soir, alors que je m'arrêtais pour cuir de l'eau, j'étais de retour à la deuxième position dans la catégorie coureurs! Je savais que tout le soutien que je recevais à distance de ma famille et de mes proches me stimulait. Je crois en la Magie, je crois au Forces de la nature, je crois à l'Esprit du nord. Et j'ai fait appel à toutes ces forces pour m'aider à atteindre mon objectif: terminer la course.

SISU.

Je pense que pour la première fois, j'ai vraiment compris et ressentis le SISU.

Le fameux concept finlandais de Sisu est une forme de courage à toute épreuve qui se présente généralement dans des situations où le succès est contre toute attente. Détermination stoïque. Ténacité. Cran. Endurance. Courage. Résilience. Bravoure. Résistence.
J'ai toujours été impressionnée par ce que représente Sisu. Et là, maintenant je le vivais réellement. Inarrêtable.

Je continuais à avancer au même rythme, sans m'arrêter. Si je ne pouvais pas rattraper la tête de course, au moins j'allais aussi vite et fort que possible.

Montées et descentes, neige molle, lacs gelés, forêts. Et encore des collines. Mardi a été une journée difficile. Ma pulka semblait peser des tonnes, glissant difficilement en raison de la neige molle. Je me sentais comme une Mini tractant une lourde remorque !! Mais chaque pas me rapprochait. Un pas après l'autre. Un kilomètre après l'autre. Je finirais bien par y arriver ...

Ce jour-là, je n'ai vu que quelques habitants venus me dire bonjour par curiosité. Toujours super sympathiques! C'est assez comique finalement: ils ne pensent probablement pas que j'avais du Sisu. Pour eux, je dois simplement ressembler à une drôle de miss tirant une énorme pulka pour une quelconque course obscure..😂


Le Graal Blanc des 300 KM


Mardi soir, j'atteignais le Wpt 29, l'avant-dernier. 30km jusqu'à Rovaniemi. Et devinez quoi? Mon estomac se décide enfin à relâcher la pression, et me voilà affamée d'un coup!! Du coup, boostée, je fonce vers la ligne d'arrivée. Bon, entre nous, cela m'a quand même pris encore 6 heures depuis le Wpt 29 😜!

Autant vous prévenir: les derniers 20 km sur Ounasjoki sont mortels. Vaut mieux être doté d'une tête solide et d'une imagination à toute épreuve pour vous maintenir réveillé et dans la bonne direction. Et ce fameux pont de Rovaniemi qui n'en finit plus d'être tout bientôt là....

Le plus drôle restait à venir. Car, quand finalement - oui finalement!!! - j'approche du bord de la rivière où je suis sensée rejoindre Arktikum à 2.20 du mat', éh bien il n'y a rien, n'y personne. J'improvise et trouve mon chemin jusqu'à Pilke, arrivée définitive et Personne. Rien. Nada. Rien d'autre qu'un parking vide.

Les gars de l'organisation épuisés par les heures de veille se sont endormis juste avant mon arrivée...!!!

Alors ça, pour un clin d'oeil de l'Univers!

"Tu viens tout juste de courir les 320 kms les plus durs de ta vie et finis 2ème à pied.  Mais ce n'est pas une raison pour te prendre au sérieux! "

Parlez-moi d'humilité et d'humour bien accroché!

Comme l'a dit le directeur de course Àlex Casanovas: "Cette course est un jeu. Pensez-là comme un jeu en grandeur réelle. Suivez ls règles et vous gagnez. Tout le monde y gagnera quelque chose " 

Et bien, j'ai adoré jouer à ce jeu, aussi difficile qu'il ait été. J'y ai gagné bien plus qu'une médaille et un trophée 😉

Un immense et spécial THANK YOU - KIITOS - MERCI - GRACIAS - GRAZIE à tous ceux qui ont participé de près ou de loin à ma belle victoire!!! 💗💪



Articles en lien: Rovaniemi 150 - Rovaniemi 300 - Video Rovaniemi 300

Rovaniemi 300, a race with SISU - une course qui a du SISU Rovaniemi 300, a race with SISU - une course qui a du SISU Reviewed by Rachel F B on March 06, 2019 Rating: 5

No comments:

Powered by Blogger.