Wednesday, 20 June 2018

Tor Des Géants Unsupported July 2018

pour accéder directement au texte en français

 Alte Vie?!



It's been a dream and a project for a long time. Actually since I've first hiked alone and unsupported the Alptrekking in 2010: to run the two Alte Vie in the Aosta Valley, Northern Italy in the same ultra-light-backpacking mode. 2018 is the year to make it come true!

These two itineraries are now best known under the name Tor des Géants (Giant Tour), an impressive 330km and +24'000m race - one of the toughest ultra-trail in the world...

The race doesn't exactly follow the Alte Vie routes, especially on the Alta Via 2, but I plan to follow the "high routes" as closely as possible. Which implies a bit more mileage and a bit more climbing...😄

It's a beautiful trek. Actually, I mainly know the Alta Via 1 for having hiked most of it. It's so different. wilder, more remote and a lot more technical than the famous trails on the French and Swiss sides. Exactly what I'm looking for...😉


The Striders - Tor des Géants 2018


Here's the plan: to hike & run the Alte Vie, unsupported, along with my dog buddies Sparta and Nyx, in the shortest time possible, with only one master rule: my dogs' health and safety come first!

So it might involve longer stops during the day if they need a break or if it's too hot, shorter nights, half-day recovery, etc. and obviously we'll stay away from thunderstorms!  

To go unsuported also involves that I carry all the necessary food and gear in my backpack. Arghhh. Right. I did that on the Alptrekking but I was alone. Even if Sparta and Nyx carry part of their food in their backpacks, it means a lot of added weight anyway. Therefore I plan a refill half way, probably in Courmayeur, to divide the food supply in 2 and make the weight more bearable for my girly shoulders 😛.

The idea is to do it my way: Fast. Unsupported. Just for the challenge! Just for fun!

Departure planned on July 14. 

By then, the snow should have melt in most places. The highest mountain passes are still covered with snow right now and I know all too well how risky and challenging it can be to cross them in "summer" gear... so let's reduce hazardous crossings to a minimum 😜. Next week, I'm going on a scouting hike in the area to check the snow conditions.

We'll start in Ponte St-Martin heading to Gressoney following the Alta Via 1. And will be back in Ponte... some x days later. I have a clear idea of the time I want to spend on the trail, but I won't tell you now. Na! 😈 Better keep it for myself in order to reduce the pressure (I'm great at putting a lot of pressure on myself!). Besides it depends on so many factors... from the weather, the conditions of the trail, to our physical conditions...  To give you a rough idea, participants of the Tor des Géants have 7 days and 6 nights to do it - not carrying as much weight as I will and without any dogs to care for... 😅 But promised, I tell you honestly afterwards how many days I thought of.

Just for fun.


Love Val D'Aosta! - a family history

I have a very personal relation with this part of Italy, mainly made of mountains and tiny remote villages, on the border with Switzerland and France.

Résy

My grand-mother's family comes originally from there, especially from a tiny and adorable village called Ivery. Her parents came to Switzerland, other members of the family went to France and England. We still own a very old and tiny stone house there. I love it! People are very authentical, generous and friendly and they love their valley very much. Since I first went there as a very young kid, many things have changed, for the best. A lot has been done to promote the valley and to renovate and embellish the villages. It's really a valley worth the visit, whether you enjoy history, cultural events or sport and outdoor activities.

After hiking the Alptrekking, I was asked by the Turist Information of the Aosta Valley to give a public speech in Italian (!) in Courmayeur for the end of the inaugural tour. I remember it so well! It's really been a fantastic and fun moment. That's when I heard about the Tor des Géants for the first time...I knew I would be back..! 

I've hiked a good part of the Alta Via 1 with my dad and the dogs for his 70th birthday (shht don't say it loud) - we did more than 100km in 6 days, not bad isn't it? I plan to be just like my dad at the same age! 

And if he can be there, dad will meet me for the last two days heading back to Donnas and Ponte! Wouldn't that be amazing??






Now, it's time to get the gear ready, check the itineraries and deal with the logistics. Keep you posted!



______________________________________________________________________
 

Alte Vie?!



C'était un rêve et un projet depus un bon bout de temps. En fait, depuis que j'avais parcouru l'Alptrekking en solo et en autonomie complète en 2010: parcourir les deux Alte Vie (hautes-Routes) de la Vallée d'Aoste, Italie du Nord, de la même manière ultra-légère. 2018 est l'année du passage à l'action!

Ces deux itinéraires sont davantage connus sous le nom  Tor des Géants, un impresionnant ultra-trail de  330km et +24'000m  - un des plus durs au monde!

La course ne suit pas exactement le tracé des Alte Vie, notamment de la no 2, mais mon idée est de vraiment suivre les Hautes-Routes au plus près. Ce qui signifie un peu plus de kils et un peu plus de grimpette...😄

Le trek est magnifique. En fait, je connais surtout l'Alta Via 1 pour l'avoir parcourue qusi dans son entier. C'est très différent, plus sauvage, très préservé et joliment technique en comparaison des grands parcours côté Suisse et France. Juste ce que je recherche...😉

The Striders - Tor des Géants 2018


Voilà le projet: de parcourir en mode rando-course les Alte Vie, en autonomie, avec mes deux fidèles chiennes Sparta et Nyx, dans le temps le plus court possible. Avec une seule règle d'or: Priorité au bien-être et à la sécurité de mes 4 pattes !

Alors cela impliquera peut-être de longues pauses en journée, si la fatigue se fait sentir, s'il fait trop chaud, ou en cas d'orages, peut-être que les nuits seront courtes... Bref, on verra!

Partir sans aucune assistance implique que je porte tout le matériel et la nourriture nécessaires sur mon dos! Oups. Ok... Sur l'Alptrekking, je n'avais pas eu la nourriture des chiennes à porter... Même si elles portent une partie de leurs croquettes, cela fait quand même un sacré poids en plus. Donc, pour rendre le tout plus agréable pour mes petites épaules, je vais prévoir un ravitaillement à Courmayeur, à mi-parcours. Et planifier d'aller déposer mon sac de ravito là-bas avant mon départ 😛.

Mon idée est de le faire à ma manière: Rapide. Autnomie. Pour le défi! Pour le FUN! 

Départ prévu le 14 juillet 2018. 

D'ici là, la neige aura bien fondu. Actuellement, il y en a encore pas mal, surtout dans les passages en altitude et les combes ombragées. Et je sais très bien que c'est déjà suffisamment "sportif " de franchir les 3'000 et les névés en tenue d'été! Donc maintenons au minmum les passages périlleux 😜.  la semaine prochaine, les chiennes et moi allons en répérage dans la région pour voir ce qu'il en est niveau enneigement.

Le départ se fera de Ponte St-Martin pour aller en direction de Gressoney sur le parcours de l'Alta Via 1 . Et serons de retour sur Ponte.... x jours après! J'ai une idée très claire du temps que j'aimerais mettre pour parcourir les 350km des Alte Vie. Mais je ne vous dirais rien. Niet!! 😈 Je préfère y garder pour moi et ne pas m'ajouter de la pression (je suis très douée pour ça!). En plus, cela dépendra de tellement de facteurs, de notre forme physique à celle du terrain en passant par la météo... Mais pour vous donner une idées, les participant du Tor des Géants ont 7 jours et 6 nuits pour le terminer - sans porter de sac aussi lourd ni avoir à se soucier de leurs chiens 😅 ... mais promis, je vous dirai après coup, en toute honnêté ce que j'avais en tête.

Just for fun.


Love Val D'Aosta! - une histoire de famille

J'ai une relaion très personnelle avec cette partie de l'Italie faite esentiellement de montagnes, de vallées, de petites villages pittoresques et éloignés, à la frontière de la France et de la Suisse.

Résy

La famille de ma grand-mère maternelle vient à l'origine d'un adorable et minuscule village appelé Ivery. Ses parents sont partis pour la Suisse. D'autres membres de la famille sont partis en France et en Angleterre. Nous possédons toujours une toute petite et typique maison de pierre dans ce village. Je l'adore! Depuis la première fois où j'y suis allée petite fille, beaucoup de choses ont évolué, pour le meilleur. Il est fait beaucoup pour mettre en valeur et promouvoir la Vallée et son patrimoine culturel. C'est vraiment une région qui mérite d'être découverte, que ce soit pour les activités sportives, culturelles ou son historique.  

Après avoir parcouru l'Alptrekking, l'Office du Tourisme de Courmayeur m'avait demandé de donner une conférence...en italien, pour le tour inauguratif de ce parcours! J'avais adoré cette soirée et en garde de très bons souvenirs. C'est là que j'ai entendu parlé du Tor des Géants pour  la première fois.... et que j'ai su que je reviendrai...!

J'ai parcouru une grande partie déjà de l'Alta Via 1, la dernière fois étant pour les 70 ans de mon père avec mes chiennes. (chuuuut! c'est un secret!) - on avait parcouru plus de 100kilomètres en 6 jours. Pas mal non? Je veux être comme lui un jour!

Et s'il le peut, dad viendra me rejopindre pour les deux derniers jours de mon Tor des Géants, pour l'arrivée sur Donnas et Ponte. Ce serait fun, non?!














Il est temps que je me penche sur la préparation du matériel, l'itinéraires, et sur la gestion logistique. Je vous tiens au courant tout bientôt!





Monday, 11 June 2018

Hiking for the Arctic - the movie!! Le film!!

The Movie! 


2.5 ys after completing the 700km Nordkalottleden with my 2 dogs Sparta and Nyx in 22 days, unsupported, I'm finally releasing the movie to the public! Every time I watched it, the emotion is still vivid...! what a fantastic adventure! My doggies and I are now ready for another Striders Adventure! I hope you'll enjoy it! And if you did, thank you so much to LIKE it :-)

Le film!

2.5 ans après avoir parcouru les 700km du Nordkalottleden avec mes deux chiennes Sparta et Nyx en moins de 22 jours et en autonomie totale, je publie enfin le film! Et comme à chaque fois que je le revois, l'émotion est vive et toujours présente! Mais les chiennes et moi sommes prêtes pour de nouvelles aventures des Striders!! Passez un bon moment et si le film vous plaît, un immense merci de le LIKER!!




Tuesday, 5 June 2018

For ladies only (and men with a mosquito sense of humour - et les hommes dotés d'un humour piquant)

pour accéder directement au texte en français

Dealing with feminine stuff when living the outdoor life


Ladies only. At least highly recommended!

General disclaimer

Let's put it very clearly from the start: this post is NOT meant to be taken personnally, seriously, it's NOT a thorough study on any product mentionned here and is NOT a Pros&Cons anything. It's purely and simply my own experience with the FEMININE THING while hitting the trails and living outdoors for a while. But I had to write about it. Couldn't help it. Let me tell you why.


What it takes to be an outdoor girl


As you may know, I've been away traveling through northern Europe and the Baltic countries (Germany, Poland, Lithuania, Latvia, Estonia and Finland) for some 4 weeks with my hubby, Milwyn the cat and the doggies. Amazing trip. Very enriching. Lots of adventure, encounters, discoveries and fun. I'll definitely write specifically about it in another post.
And to make a long story short, I've never been a great fan of any of these "feminine delights". I've very happy to be a woman, don't get me wrong. It's just that... if someone else could have dealt with Aunt Ruby for me, I would happily have handed it over. Unfortunately, na, it all come into a package: girl = nice shapes = long hair (optional) = hormones = ovaries& co = red flag week & co.
I've tried nearly every techniques to have them "suspended" for an unlimited period before I decided to stop playing with my health and body and went back to the "natural" way 😛. And accepted Aunty Flo's visits as a necessary thing. Just don't ask me to glorify and admire the THING, right?

Having said that, I can't really complain about any of it personnally. It never prevented me from doing anything. But it's just ANNOYING! And ALWAYS coming visiting right BEFORE or DURING a big sports event or one week out in the wild 😈 Bang! Rovaniemi 300? Yes indeed. Arrowhead 135? Of course! Hiking for the Arctic 700km? Well, it's obvious isn't it?
And here we go again: feeling weaker, a bit funny (I mean more than usual!), fancying a big cup of tea nice and comfy at home, exactly when you should feel like an unstoppable winning machine! And I let you figure out what it means by minus 30°... We women are real HEROS! 💪

So, surfing the very "eco-friendly and good for your body" trend, I decided to take my ecological awareness a step further  and give up the very nasty-nature killers-body destroyers tampons for the divine, perfect and so ecological menstrual cup 🙏. It sounded perfect to me. No more waste. Longer "rotations". Apparently pretty easy to handle. More hygenic during expeditions. Less risky with wild animals around, etc. I felt proud, brave, coherent and like doing something really tangible for the environnment and incidentally myself.

That was BEFORE testing it. Or let's say THEM.
Gosh.
Hum.
"You'll see, you need to get use to it", " It takes some time to find the right fit".
Pff.
A nightmare to wear.
Another try.
Pff.
I can't walk.
Pff.
Damned. I FEEL IT ALL THE TIME!! Argggghhhh....

After testing various models (different brands, sizes, shapes, etc), I decided to stick with the less worse of the MC tried.
And I asked other friends who are wearing it with such ease "how the hell do you do?"... And pros who are there to explain you in details how to place it (don't ask me to report any of it here, right? Go check for yourself on specialised websites...)
Still not convinced, but willing to try, I took the little ridiculous thing with me for the 4-weeks trip. It could be so much easier, especially on long day hikes in the middle of nowhere... Still dreaming. Still open-minded. After all, I must do what I teach, isn't it?

Huge mistake. I couldn't be more wrong. Wronger than wrong. And moreover with my definitely-no-long-enough experience with it.

Picture this: Finland. Huge pine forest. Lakes and ponds everywhere. 20 something degrees Celcius. A beautiful and warm day on the trail. And bang, in the middle of nowhere, Mars Attacks!! So now, imagine me Rachel, the outdoor adventurer, the tough and "not afraid of anything" like woman shouting a light-hearted "I'll be right back" to my hubby and go hidding in the bush to tackle the enemy. But there... as I was struggling a bit with the thing, I heard THEM. Yes, THEM: the MOSQUITOES!!! MOSKIITTO! SÄÄSKI!!Finnish Mosquitoes!! An entire army! Bzz bzz bzz. Bites attack. More bzz. More bites. A total bum massacre. And worse. I surrendered. Time to know when to capitulate for safety reasons. Quickly found a tampon and rushed out of the mosquitoes ambush.
Tankavaara, Sodankylä, Finland

Sadists. Bloody mosquitoes. Progress killers.

I was done for that day. But hadn't totally given up on the idea yet.

The day after, another beautiful day in another beautiful spot with beautiful lakes and amazing scenery. I was prepared. Made it with the little Torturer, determined to walk the entire day with it to test it in real conditions. What I hadn't tought of, is that the only model I could tolerate, was a small and short-sized one. Meaning: need close monitoring, limited autonomy. So here am I in the middle of the day, in the woods again dealing with mosquitoes and the Bloody Mary. Now what? No way I'm going to use the precious drinking water to clean THAT thing. Nor the pond (assuming that you can reach it without falling into it). Remember, my poor backside is still painful from yesterday's bites so my time out there in the nude is clearly limited. Yuck! Help! Disgusting thing here needed cleaning urgently! Anybody with a very smart solution right now??? And then anyway, the main issue remains: there is no way IT can go back to where it is supposed to within the time frame left, without mentionning the very high risk to squeeze an agressive and determined mosquito in!! No time left to think any further. Survival mode is on. Back to tampon.


Back to proven methods.
Old school is good. For good.
Sincerely sorry for the environnment.
Humblest apologies to the menstrual cups inventors and other advocates of the feminine cause.
Abdication. Capitulation.
Mosquitoes- Rachel. 100 -0.
Outdoor conditions aren't MC beginner users' friendly.  
Long live the herbicides and other nasty weed killers.
For the sake of the tampons and pads.
For the sake of female adventurers' buttocks.
For mine at least.
No hard feelings! I had some good laugh anyway!😉


PS: ladies, I'd be interested in hearing what works best for you. Despite my poor attempt, I'm convinced alternative solutions exist - so I'd love to hear your stories!

_______________________________________________________

Trucs de filles et vie en extérieur


Seulement pour les filles. Du moins, fortement conseillé!

Avertissement

Ok, soyons clair dès le début: cet article n'est PAS à prendre au sérieux, ni personnellement, ni un pour ou contre quoi que ce soit! Ce n'est PAS une étude poussée et avertie de la chose ni d'aucun des produits mentionnés ci-après. Juste ma propre expérience en tant que femme devant gérer des trucs de femmes en plein air. Mais je n'ai pas pu résister. Il fallait que j'y écrive. Allez savoir pourquoi...

Un sens de l'humour et un certain manque de respect: c'est ce qu'il faut pour faire survivre une légende

Pas si simple d'être une aventurière


Comme vous le savez peut-être, j'ai passé quelque 4 semaines à parcourir l'Europe du Nord et les pays de la Baltique (Allemagne, Pologne, Lithuanie, Lettonie, Estonie et Finlande) avec mon homme, les deux chiennes et Milwyn la petite chatte. Un voyage magnifique, Très enrichissant. De belles aventures, rencontres et découvertes. Beaucoup de rires aussi! Bref, il faudra assurément que j'écrive à ce sujet dans un autre post.
Et pour faire court et rester dans le sujet du jour, je n'ai jamais été une grande fan des "trucs de filles". Oh ne vous méprenez pas, je suis très contente d'être une femme. Mais c'est juste que... si j'avais pu déléguer cet aspect coloré de ma féminité à un tiers généreux, je l'aurais fait avec un immense soulagement! Malheureusement, c'est un forfait tout compris: femme = jolies formes = cheveux longs (en option) = hormones = ovaires & co = invasion rouge et tout le tralala. Non négociable.
J'ai quand même tout essayé pour les "suspendre" au max pour une période illimitée. Jusqu'au jour où j'ai décidé de ne plus torturer mon corps et de le laisser vivre au naturel. 😛 Et décidé d'accepter les visites des Anglaises comme une étape nécessaire. Mais bon, ne me demandez pas de glorifier ou de trouver magnifiques ces TRUCS, d'acc?

Bon, en même temps, je n'ai jamais vraiment eu à m'en plaindre, contrairement à beaucoup d'autres. Cela ne m'a jamais empêché de faire quoi que ce soit. Mais c'est juste super ENERVANT! et elles ont le chic pour débarquer TOUJOURS quand il ne faut pas! Genre juste avant ou pire, PENDANT un événement sportif ou une semaine de camping sauvage... 😈 Bang! Rovaniemi 300? Oui, clairement. Arrowhead 135? Ah elles n'allaient pas rater ça! Hiking for the Arctic 700km? A votre avis?
Et voilà c'est reparti! Les jambes toutes flasques, la sensation d'être toute bizarre (enfin plus que d'habitude), l'envie de juste rester à la maison bien au chaud alors qu'il faudrait justement se sentir l'âme d'une guérrière invicible!! Purée! Et je vous laisse imaginer le tout par moins 30... Ah les femmes, de vraies HEROINES! 💪

Donc, surfant sur la vague du "écologiquement responsable et bon pour la santé", j'ai décidé de faire un pas de plus vers ma prise de conscience verte, en abandonnant les tampons et serviettes hygiéniques pollueurs-destructeurs de l'éco-système-bourrés aux herbicides pour la si belle, parfaite et éco-responsable coupe menstruelle. 🙏. Le tableau me semblait parfait: moins de déchêts, plus d'autonomie, plus hygiénique surtout en expédition, moins risqué aussi (animaux sauvages et odeur de sang =??) et apparemment facile à utiliser. Bref, je me sentaits fière, courage, limite héroique de faire ce geste concret pour l'environnement et accessoirement ma santé.

C'était AVANT d'avoir essayé. De LES avoir essayées.
Oh purée.
Hum.
"Tu verras, il faut s'y habituer un peu", " Une fois que tu as trouvé la bonne, c'est super pratique".
Tu parles!
Pff.
Un cauchemard oui.
Allez encore un essai.
Pff.
Je peux pas marcher avec ce truc.
Pff.
😆😡😱😨.
Je SENS CE TRUC TOUT LE TEMPS!!! C'est normal? Argggghhhh....

Après de nombreux tests (marques différentes, modèles, tailles, etc.) je me suis rabattue sur la moins pire de toutes pour des essais prolongés. En continuant de demander à des amies qui n'avaient pas du tout l'air dans ma situation "mais bon sang, comment tu fais?" J'ai même (re)demander aux spécialistes des conseils pratiques (pour les détails croustillants, je vous laisse voir directement les sites concernés)

Toujours pas convaincue mais décidée à persévérer, j'ai pris la petite chose ridicule et moche avec moi pour le voyage. Je me disais que cela pourrait tellement me simplifier la vie lors de longues journées de marche au milieu de nulle part. Rêve et ouverture d'esprit, c'est mon créneau non?

Quelle erreur. Je ne pouvais pas faire pire. Surtout avec mon expérience en la matière...

Tableau 1: Finlande. Immense et magnifique forêt de pins. Lacs et étangs à perte de vue. 20 degrés. Une splendide journée sur les sentiers. Et PAF, au milieu de nulle part, imprévisible, attaque des Martiens! Alors, me voilà, très sûre de moi et le coeur léger, je prends les choses en main et m'échappe dans les bosquets pour contrer discrètement l'attaque des Rouges. Mais là...alors que je tentais tant bien que mal de gérer la chose, tapis dans l'ombre....je LES entendis: OUI; eux!! Les MOUSTIQUES!! MOSQUITOES!!! MOSKIITTO! SÄÄSKI!!et finlandais en plus!! Une armée entière, bien pire que celle des petits bonhommes rouges! Massacre de fesses immédiat. Il a fallu se rendre, très vite. Question de survie. Allez vite un tampon aux herbicides (avec un peu de chance, cela tuera tout moustique invasif) et me voilà qui fuit cette embuscade de lâches.

Tankavaara, Sodankylä, Finland

Sadiques. Moustiques vampires. Tueurs de progrès.

Tentative avortée pour ce jour-là. Mais je n'avais pas encore dit mon dernier mot.

Tableau 2: Le lendemain, une autre journée magnifique dans un autre endroit magnifique entouré de lacs magnifiques et de paysags à couper le souffle. J'étais prête. J'avais maitrisé le Calice Maléfique et me sentais d'attaque à marcher toute la journée avec pour un test longue durée. J'avais omis un détail: le seul modèle qui m'allait était un tout petit modèle... = faible autonomie, contrôle plus fréquent. Et me revoilà au mileu des fourrés en train de gérer moustiques et rats gnagna. Et...je fais quoi maintenant? Exclu que j'utilise mon eau potable pour rincer ce TRUC. L'eau de l'étang? Vu la couleur, même si j'arrivais à l'atteindre, non merci, sans façon. Et souvenez-vous que mon noble arrière-train souffre déjà le martyre des piqûres de la veille.. Le temps m'est compté. Je ne vais pas rester des heures ainsi en position de faiblesse. Beurkkk! A l'aide!! Un petit truc dégeu a besoin d'un service pressing d'urgence. Quelqu'un aurait une idée de génie pour sauver la situation? De toutes façons, cela ne résolvera pas le problème principal: jamais, JAMAIS, je ne parviendrai à replacer la CHOSE là où elle est supposée retourner. Sans mentionner le risque élevé de coincer un moustique agressif et têtu dedans. Sans pesticide.  Cette fois, c'est clair. Plus le temps de discutailler. Mode survie enclanché: hop, un tampon et fuite.

Si tu penses que tu es trop petit pour faire la différence, c'est que tu n'as jmaais passé la nuit avec un moustique.

Retour aux bonnes vieilles méthodes.
Restons vieille école.
Pour de bon.
Avec mes sincères excuses pour notre chère planète.
Et mes plus plates excuses aux inventeurs de la coupe menstruelle et les défenseurs des causes féminines.
Abdication. Capitulation totale.Moustiques- Rachel. 100-0.
La vie en plein air ne soutient pas les petites utilisatrices de CM.
Longue vie aux herbicides et autrespesticides.
Vive les tampons et serviettes.
Pour la sauvegarde des fesses des aventurières.
Pour les miennes en tous cas.
Et sans rancune. J'ai quand même bien rigolé! 😉


PS: Mesdames, bien que mon expérience ait été un lamentable échec, je serais intéressée de lire et de voir si vous avez des idées ou ce qui marche le mieux pour vous. Il doit bien y avoir des solutions alternatives! et en plus j'adore les histoires drôles!










Wednesday, 11 April 2018

A cleaner clearer mind for a better world - Un esprit plus propre, plus clair pour un monde plus vert

pour accéder directement au texte en français

Make a difference making the world a better place

 

Clean your thoughts. Clean the Earth.

Recently a very good friend of mine launched her new blog on minimalism Mon Truc en Moins - a great blog, well-written and with a very honest and authentic approach of what minimalism means for her and changed in her life. A must-read!
Another of my ultra runner friend TyreLady Ice is dedicating her life to the fight against plastic waste and working on amazing zero waste and "Re-use-recycle-reduce" projects in Singapore and England.
Collective gardening, permaculture and urban gardens are springing up like mushrooms. Tons of receipts and books on how to create your own organic beauty products and environnement-friendly cleaning products can be found on the web. Organic. Local. Re-use. Recycle. Reduce. A desire to use less, to declutter. To be more mindful, more responsible. To go cleaner, go greener.

Worldwide there is a clear awakening of conscience regarding our consumer society and the values (or lack of) that come along with it. Questions are being asked. Old principles are being challenged. The era of over-consumption and waste is slowly rocking in its fondations. The wheel of change is in motion. Across the globe more and more people want to make a difference making the world a better place.

Decluttering from the inside out


I am no exception. As an ultra runner and adventurer, I love spending time in nature and being around animals. It's the basic of my life, my well-being, my balance. Taking care of our magnificient planet is an essential part of my life. But what I am truly passionate about, my thing in life, is about decluttering the mind, sorting the beliefs and disbeliefs, challenging the limits and fears, recycling and reformatting outdated patterns. What I truly want to contribute to is changing people's mind.  Or rather the way people think and perceive their environnement, life and relationships with others and themselves.

I truly believe that we can heal our planet by healing ourselves and changing the way we think and we approach life. Our thinking and life philosophy also need a good spring cleaning: let's declutter, sort waste, refresh and check out any outdated or polluted data. Let's tidy our minds up. Let's clean from the inside out. Our inner mess reflects on the outdside and contributes to messing up our environnment. Polluted thoughts when not disposed of keep polluting the mind and are like poison that slowly ruins one's health, relationships, career, leading to more misery.  So if you are serious about the environnment and Planet Earth, maybe could you start with yourself?


Claim your inner power back


Well, I know. Easier said than done. "And what does it mean by the way? Positive thinking? Tried it. Doesn't work". I know that too well. I've been there myself. And it took me a while to really get it. It's about the way we think. But also about the way we chose to act, react and feel. Think and feel. And don't get me wrong: it didn't happened to me overnight. And I keep learning, cleaning and decluttering as it's an ongoing process. Daily life keeps bringing in new stuff to sort, check, decide whether to keep or not.  But this is the key to the whole process: to make a decision.
We have the power to decide which thoughts we want to have about such and such topics. We have power over our own thinking and feeling. And once we claim this power back, life starts shifting and becoming much lighter and more exciting! We can chose our thoughts and therefore create a new reality for ourselves.
As a female adventurer and ultra runner, I've done things that people when looking at me from the surface would never imagined I could do. After hiking a 700km trail on my own with my dogs in northern Scandinavia, I felt that I took myself from being looked at as a frail or weak woman, to my full strong potential. And I felt the same level of exhilaration when I ended up being the first women finisher of the Arctic race Rovaniemi 300. It makes me feel awesome and unstoppable. It makes me feel what the Finns callsisu”: a mix of deep-rooted inner strength, courage, grit and resilience that lies inside all of us. Our inner power. What I accomplished was the result of a deep inner shift in my thinking and life philosophy. And I now want to share this with others to transform other lives!

By becoming more aware of our own thinking and taking responsability for our lives, we not only change our life experience but tremendously help, support and heal our environnment.


Awaken your inner Sisu workshops


As a trained coach in NLP, sophrology, EFT and psychology, acquainted with and strong believer in the Law of Attraction principles, I am passionate about sharing all the amazing tools that I’ve learnt and experimented to help others unleash their Inner Power and create the life they really want! and in all areas!

1. The Awake the Magic in You workshops are about how you can change your life using your mind, energy and the Law of Attraction for your highest good and the highest good of all. It’s all so much fun!! And these workshops are all about having a good time creating and designing a new life for YOU!

2. I never feel more alive than when I am out there in nature along with my dogs. That’s why I have created the Sisu Calling outdoors workshops for women (launching in Switzerland in summer 2018). I want to help women re-connect with nature and with themselves, to take time for themselves out there, recharge their batteries, do things they never thought they could do and discover their inner strength, inner power in a nice and relaxed atmosphere. I want women to come back from these workshops feeling proud, happy, truly alive, invincible just as I felt when I came back from my expeditions, because they pushed past their own fears and limits and discovered that the sisu power is in them! 
Workshops in French and English. Check my page Awaken your Inner Sisu for more updates!
Make 2018 the year where you’ve stepped out of your comfort zone and make the choice to set yourself free! Join one of my Sisu workshops and let’s have some fun out there waking up your inner warrior and inner creator! Together let's help make the world a better place!

-----------------------------------------------------------------------

Faire la différence en rendant le monde plus propre




Il y a peu, une de mes amies a lancé son blog sur le minimalisme Mon Truc en Moins - un blog très bien fait et bien écrit qui relate avec beaucoup d'authenticité et de fraîcheur ce que le minimalisme lui a apporté et a changé dans sa vie. A lire abosulment!
Une autre de mes amies ultra marathonienne TyreLady Ice s'engage activement dans la lutte contre les déchets et notamment la pollution liée au plastique. Elle travaille sur plusieurs projets de recyclage et optimisation des déchets à Singapour et en Angleterre.
Les jardins collectifs, en permaculture et les potagers urbains apparaissent un peu partout. Des tas de recettes et livres sur la création de ses propres produits de nettoyage ou de beauté bio sont disponibles sur le net. Bio. Local. Minimalisme. Recycler . Récupérer. Réutiliser. Partout un désir de moins, de plus propre. Une envie d'être plus conscient. Plus responsable.

Partout les signes d'un éveil des consciences se font de plus en plus présents concernant notre société de consommation et les valeurs (ou abscence de...) qui vont avec. On s'interroge. On remet en cause les principes acquis. Petit à petit les fondations de l'ère de la surconsommation et de la surproduction sont ébranlées. Le changement est en route. Aux quatre coins du monde, de plus en plus de gens veulent faire la différence en rendant le monde plus propre.

Nettoyer de l'intérieur vers l'extérieur


Et je n'échappe pas à ce mouvement. Coureuse d'ultra et aventurière, j'adore passer du temps entourée de mes animaux et la nature est sacrée pour moi. Prendre soin de notre planète fait partie de mes valeurs et besoins essentiels. Mais mon truc à moi, la cause qui m'inspire profondément, c'est le nettoyage des pensées, le tri des croyances, le recyclage des limites et des peurs qui encombrent et empêchent d'avancer et de créer une vie plus belle. Voilà où j'ai vraiment envie d'agir: contribuer à faire changer les mentalités et la manière dont les gens pensent, perçoivent la vie, leur entourage, eux-mêmes.

Je suis convaincue que nous pouvons protéger et soigner notre planète en prenant soin de nous-mêmes, en changeant la façon dont nous abordons la vie et notre manière de penser. Nos têtes ont elles aussi besoin d'un bon nettoyage de printemps! Nettoyons, trions, débarassons-nous de toutes ces vieilles pensées négatives, encombrantes, polluantes, dépassées et faisons la place pour du neuf, du frais, du positif. Nettoyons l'intérieur vers l'extérieur. Le cafouillis de nos esprits, le désordre régnant dans nos pensées et les peurs qui s'y sont insidieusement installées, polluent et souillent notre environnement extérieur... comme un poison qui lentement s'insinue et déteint sur la santé, les relations, la vie en général... Si votre vie et l'environnement sont importants pour vous, alors pensez à faire le ménage dans votre esprit et vos pensées!

Moi seul(e) peut changer ma vie. Personne ne peut le faire pour moi.

Reprendre le contrôle de ses pensées. Et de sa vie.


Oui, je sais. Plus facile à dire qu'à faire. "Et puis, ça veut dire quoi finalement? Pratiquement? La pensée positive? Essayé. Ca ne marche pas"  Je ne le sais que trop bien. Je suis passée par là. J'ai mis du temps à vraiment saisir ce que voulait dire "créer sa propre réalité". La pensée, nos pensées, mais également nos sentiments, ce qu'on ressent, la manière dont on est affecté ou non par une situation sont étroitement imbriqués.  Penser et ressentir. L'un n'a aucun pouvoir sans l'autre. Pour être toute à fait honnête, cela m'a pris du temps. Et je continue au quotidien d'approfondir, de nettoyer et de trier. Car c'est un procédé continu. La vie ne cesse d'amener de nouvelles matières et de nouveaux thèmes à traiter, trier, définir ce qu'on en fait, ce qu'on garde, ce qu'on jette. C'est le propre de la vie finalement! Le piment! Mais le premier pas à faire est tout simplement.. l'intention, la prise de décision. D'être plus conscient. Plus responsable. Plus attentif.

Nous avons le pouvoir sur nos pensées, ce qu'on choisit ou non de penser au sujet de tel ou tel sujet, telle ou telle personne. Nous avons la possibilité d'agir sur nos pensées et nos réactions. Et une fois que ce "pouvoir" est rétabli, la vie prend une toute autre dimension et devient bien plus agréable et passionnante! Oui, nous pouvoir choisir nos pensées et ainsi modifier et créer une nouvelle réalité pour nous -mêmes. 
En tant que femme aventurière et ultra runner, j’ai accompli des choses que personne ne m’aurait pensé capable. Après avoir parcouru quelque 700km seule en Scandinavie avec mes chiennes, j’ai senti que j’avais vraiment résussi à exprimer mon plein potentiel. J’ai ressenti ce même état de joie totale quand, après m’être entrainée pendant de long mois pour participer à la Rovaniemi 300, une course arctique en autonomie totale pendant 3 à 5 jours par des températures glaciales, j’ai été la première femme à l’avoir jamais terminée ! Et ce en dépit de tous les obstacles et de ce que pouvaient penser les gens des chances de réussite d’une femme fragile et qui n’a l ‘air de rien… Ce jour-là j’ai découvert ce que le mot finlandais « sisu » voulait vraiment dire : une force et un courage inépuisables qui se trouve au plus profond de nous. Ce que j'ai accompli est le témoignage et le résultat d'un profond changement dans mon mode de pensée et dans ma philosophie de vie. Et j'ai envie à présent d'y partager pour aider d'autres à transformer leur vie!

En devenant plus conscient de notre mode de pensée et en décidant de reprendre la responsabilité de notre vie, nous changeons non seulement notre expérience au quotidien mais influençons également positivement notre environnement.

 


Les ateliers Awaken Your Inner Sisu - Le Réveil de la Force Sisu


Coach et praticienne PNL, EFT, sohprologue, mais surtout exploratrice passionnée, inspirée par la Loi de l’Attraction et ses principes, j’adore pouvoir partager et transmettre les outils que j’ai appris et pratiqués moi-même pour aider d’autres à vivre leur vie à leur plein potentiel, libérer leur aventurier intérieure et créer une vie qui leur convient vraiment dans tous les domaines! 
1. Les ateliers Awake the Magic in you - Réveillez la magie qui est en vous portent sur l'utilisation de l’énergie, de notre mental et de notre esprit en harmonie avec les lois universelles pour changer notre vie pour le meilleur. C’est tellement énergisant, libérateur et motivant! Ces stages sont pensés pour vous faire plaisir, vous amuser, sans prise de tête, tout en imaginant et créant une nouvelle vie qui vous ressemble!  

Prochains stages: les 14-15 avril et 21-22 avril 2018. Info et inscriptions: rachel(at)rfbconcept.ch
2. Je ne me sens jamais ausi vivante et entière que lorsque je me trouve en pleine nature. C’est pourquoi j’ai créé les stages pour femmes « sisu calling » (dès l'été 2018). Je veux aider les femmes à se re-connecter à la nature et avec elles-mêmes, leur donner la possibilité de recharger leurs batteries, de faire des choses qu’elles ne se penseraient pas capables de faire, et de découvrir et de se connecter à cette force intérieure, qui est en elles. Je veux que ces femmes reviennent de ces stages grandies, plus fortes, fières d’elles-mêmes et de ce qu’elles sont capables d’accomplir. Parce qu’elles auront osé affronter leurs peurs et propres limites et découvert leur « sisu » !
  
Stages en français et anglais. Suivez ma page publique Awaken Your Inner Sisu pour les news! 

Le courage est de ne jamais laisser nos actions être influencées par nos peurs.

Faites de 2018 l’année où vous aurez osé sortir de votre zone de confort et fait le choix de vous libérer et de vivre qui vous êtes vraiment ! Rejoignez-moi pour un de mes stages “Awaken you Inner Sisu“ et venez vous réveiller la force qui est en vous tout en vous amusant!




Monday, 12 February 2018

Arrowhead 135 - Part 2 - A road of lows and highs - Un parcours fait de hauts et de bas

pour accéder directement au texte en français

 

Foreword


OK, so if you've followed me even just a little bit, you know I had to drop off the race. After 45mi (75km). Due to stomach issues. Huge disappointment. Huge frustration. The hardest but wisest decision I have taken lately. But I also managed to get back on my feet the next day and hit back on the trail, to finish the last leg of the race. Despite it all, I managed to finish my US experience on a high note!

It's still hard for me to talk about this DNF. And I don't really feel like going through all of it in details. But there are lessons to be learnt from this painful experience and a lot to share with you. A lot to say also about what works well and what I'm happy about. I'm sure that the struggles and the goods I've been through can actually help a lot of other crazy ultra runners out there.

The Lows


So, let's start with the lows here. What didn't work? What made me unable to go over that nausea and stomach issues leading me to dropping off?

Not the gear. Not the cold. Not the trail.

Guts. And mindset.

Guts


  • I thought this issue was sorted out. It's been a recurring one for many years and I worked on different levels to settle it: micronutrition, all sorts of drinks, change in race nutrition, etc.. During my last Arctic race, I faced it and managed to calm it down and then it was over for the next 3 days of the race. I went on AH confident it was all going to be ok.
  • I didn't train my guts specifically. Even on long training sessions, I never really train my stomach to eat and drink as I should. And because that issue comes up only after 40-50km, it makes it harder for me to know if I have drunk and eaten enough before I actually go over that mileage. But it's no excuse anyway. The point is: I didn't train specifically enough. And Gosh, I knew it! I mean, I'm a coach, I repeat this again and again to the people I train. And yet, I haven't done it properly myself. See? You better listen to me and train as I say ... not as I do😜
  • I rested and managed to have some soup at Gateway (thank you guys for the amazing welcome!!). And feeling slightly better, I went out again, supported, encouraged by Renata, Tyre Lady, the volunteers, my husb all the way from Switzerland. I didn't want to give up. Nobody wanted. I started on the trail again and really believed I was now set, thant my stomach was going to be ok and relaxed. I walked at a bit slower pace than usual. I even enjoyed some sledging down the hills! Less than one hour later, it started again. And stronger. I walked so slow I couldn't stay warm. And temperatures were dropping below 30°C Celsius. I knew that was dangerous and definitely unhealthy. My stomach was irritated and keeping on would only aggravate it. 


     

    Mindset


    That's for the guts. Now the mindset. Because that's a big one! Probably bigger than any improper training:
    I realised from the start that I wasn't completely in line with my deeper self and I know that my body was just reflecting that. "Hips don't lie" according to Shakira 😜... Well, the whole body never lies.
    • I was missing my dogs and felt I should be doing this with them while they still can (if you have pets...or kids, you understand)
    • I've proven to myself that I can do hard stuff and once on the trail, I felt a deep boredom... I suddenly didn't see the point of doing a race with cut-off times (and therefore pressure) when I love unsupported expeditions more... 
    • I let my gremlins attack and take control of my thoughts. Guilt, fears of not enough, of lack, etc...took over and I forgot all about the joy and fun that are the main reasons why I do this. And to climb back the ladder of emotional state takes energy. And I simply couldn't do it then. For those who are familiar with Abraham-Hicks, one of my favourite quotes is: "How do you get rid of doubt? Before you got it". It says it all.

    The Highs



    Arrowhead is a tough race. Arctic races are. And so were the previous events and exepeditions I have done. As a result I was pretty well-organised and prepared for it:

    • I was physically strong and well-prepared - yep yep, all that tyre pulling works!
    • My gear was 95% a perfect set-up for me
    • My shoes worked well and my feet were nice and warm - a huge thank you to FortyBelow glued-on gaiters!
    • I had no "mechanical" issue: feet, hips, muscles, joints were fine - Well, I didn't do the whole distance you may argue. Correct. Yet some people were physically far worse already earlier on the race. And I had hardly any muscle soreness afterwards.
    • I felt warm and comfy in my sleeping-bag when I decided to stop and bivvy while waiting for the snowmobile. For various reasons it's been an hour and a half wait. By minus 30°, slightly windy and I hadn't eaten for hours. Yet, my bivvy system worked extremely well. Good point!
    • My gloves system seems to be pretty good - kept me warm even with low energy. However I will add extra over-mitts on colder events. 
    • I labelled all my dry bags making things easy to find when tired or wanting to be as quick as possible (time, cold, etc.)
      My best investment were definitely the Sleepwalker insulated skirt - super convenient! I love it! and the big down expedition jacket RAB as my old one would not even have kept a Yeti warm...😛 and so many useflul pockets! The Cold Avenger face mask is another must-have (this one or another of course!). Ask Tyre Lady Ice how it saved her nose from frosbite!

      Melgeorges CP2
      TyreLady Ice and Todd at Surly CP3

      To be improved:

      I won't enter any other event without the following:

      1. Improved hydration system
      • Type of drink - I should have used herbal tea as I did on the Rovaniemi 300 - ginger/lemon, "after dinner", etc. with a pinch of salt and honey, as it seems to be what works best for me.
      • Added pockets on top front to place my small bottles making them more handy to grab 
      2. Clothing

      • Add a ski jacket for long events: warmer than a plain Gore-Tex, breathable and waterproof; it will allow me to change layers more easily depnding on the weather changes
      • Regarding shoes, I will not spray the protection coating so high on the gaiter to keep it more breathable vs completely waterproof to limit the risk of icing from inside out.
      • Over-mitts 

      3. Go green

      By this I mean: I need to be in total harmony and agreement with my personal environnement and values. Might sound a bit pompous or somewhat excessive. But it simply means I cannot lie to myself and have to be very cleared why I do things and how I want to do them. I have to be honest with myself! And often that's what we're afraid of.
      John Taylor finshing strong!

      Go Raw. Green. Authentic. My new mojo!  

      And don't take any of this too seriously 😝!

        Final word


        This whole adventure has been tremendously enriching. Especially on a human and personal level.
        • I met extraordinary people: kind, supportive, generous, funny, special, open-minded.
        • I stepped out of my non-sociable comfort zone and it's been quite a surprising experience
        • I dealt with my personal monsters and learned so much
        • I dared to speak up and open-up as I never did bedore - and was truly amazed at people's genuine support
        • I passed the finish line despite being withdrawn from the race - and it felt so good! as well than being there to cheer and congratulate the other runners!
        • Surly TeePee
        • I helped an other incredibly strong woman to avoid sever hypothermia and made a new friend. THIS is worth the joy!
        Dave, one of the best snowmobiler!

        So, my first AH was a DNF. But probably my best DNF ever! And I'll be back.
        A very warm thank you to Ken Krueger and all the volonteers who make this event possible. Fantastic job !

        _______________________________________________________________________


        En guise d'intro


        Bon. Si vous avez suivi rien qu'un minimum ma course, vous savez que j'ai dû abandonner. Après 75km. En raison de problèmes d'estomac. Immense déception. Immense frustration. La plus difficile décision prise ces derniers temps. La plus sage aussi. Mias j'ai aussi su rebondire et repartir pour faire la dernière section de la course et la finir bien que hors course. Malgré tout, j'ai terminé cette aventure américaine sur une note haute!

        C'est encore pénible pour moi d'en parler. Je n'ai pas franchement envie de tout relater en détails. Cependant, il y a toujours des leçons à retirer d'un DNF (did not finished) et beaucoup de choses à partager avec vous. Beaucoup de choses positives aussi pour lesquelles je suis très heureuse et qui méritent d'être dites. Je suis sûre que mes expériences bonnes et mauvaises peuvent profiter à d'autres fous d'ultra distance.Alors allons-y gaiement!

        Les moins


        Commençons par le plus dur. Qu'est-ce qui n'a pas été? Pourquoi n'ai-je pas réussi à donner le tour et à passer outre ces nausées qui m'ont finalement contrainte à l'abandon?

        Ce n'est pas une question de matos. Ni de températures. Encore moins le tracé.

        Non. L'estomac. Et l'état d'esprit.


        Histoire de ventre


        • J'avais pensé que c'était résolu. Eh oui. Ce problème d'estomac est récurrent chez moi depuis plusieurs années. J'y ai trouvé plein de raisons, plein de solutions. Micronutrition, nourriture en course, boissons diverses et variées. Durant ma dernière course arctique, il est survenu mais est passé relativement vite pour ne plus revenir durant les 3 jours suivants. J'ai pesné avoir trouvé ce qu'il fallait. Et suis partie sur la Arrowhead confiante que tout se passerait bien.
        • Je n'ai pas suffisamment entraîné mon estomac. Même sur les sorties longues, je n'ai jamais vraiment mangé et bu comme j'aurais dû le faire. Et comme ce problème ne survient qu'après 40-450km, il est difficile de savoir si j'ai suffisamment bu et mangé avant d'atteindre ce kilométrage. Mais ce ne sont que des excuses. Le fait est que je n'ai pas entraîné spécifiquement mon estomac. Et Dieu sait si je le sais! Je suis coach et ne cesse de le répéter aux personnes que je suis. Cela ne m'a pas empêché de ne pas le faire pour moi. Vous voyez? Vous avez tout intérêt à m'écouter et à faire ce que je dis...pas ce que je fais 😜😆
        • Repos. Un peu de soupe à Gateway CP1 (des gens tellement sympas là-bas! Accueil chaleurissime!). Me sentant finalement un peu mieux et avec les encouragements de Renata, Tyre Lady, des volontaires et de mon Marc à distance de la Suisse, je suis repartie. Je ne volais pas en rester là. Pas faire tout ça pour ça. Personne ne le voulait. Je suis repartie, et me sentais plus confiante, me disais que cette fois, j'étais repartie pour de bon... jusqu'au finish. Et non. A peine une heure plus tard, cela recommença. "Ralentis. Ralentis". Mais cela ne suffit pas. Finalement j'avançais tellement lentement que je n'arrivais pas à garder une température confortable. Il faisait moins 32°. Je savais que sans manger ni boire, cela devenait bête et dangereux. Mon estomac était irrité. Continuer ne ferait qu'aggraver les choses.

          

        Esprit contradictoire


        Voilà pour le ventre. A la tête maintenant. Car c'est le gros morceau! Jouant un rôle bien plus important que toute faute d'entraînement. :
        J'ai réalisé dès le départ que je n'étais pas en accord avec moi-même. Et mon corps n'a fait que l'exprimer tout haut. "Hips don't lie" selon les paroles de  Shakira 😜... Eh bien, pas que les hanches à mon avis...Le corps en général ne ment jamais.
        •  Mes chiennes me manquaient et je m'en voulais de ne pas faire cela avec elles, tant qu'elles ont la forme pour... (si vous avez des animaux...ou des enfants, vous comprendrez)
        • Je me suis déjà prouvée à maintes reprises que j'étais capable de faire des trucs de fous, difficiles, etc. Et tout d'un coup, je ne voyais pas l'intérêt d'une course avec des barrières horaires alors que j'aime tellement les expéditions en autonomie complète.
        • Mes gremlins ont pris le dessus et je leur ai laissé cotrôler mes pensées. Culpabilité, peurs de ne pas être ou faire assez, etc..m'ont fait oublié la joie et les raisons positives qui me font prendre le départ de telles courses. Et remonter l'échelle émotionnelle me demandais une énergie que je ne trouvais pas. Bref, je n'arrivais pas à changer mon état mental.
          Pour ceux d'entre vous qui connaîtraient Abraham-Hicks, une de leurs citations résume pafaitement la situation : "Comment se débarasser du doute? Avant de vous mettre à douter".

        Les plus



        Arrowhead est une course difficile. Les courses polaires le sont. De même pour mes expéditions en solo. Le bon côté de tout ça, c'est que j'étais bien prête et organisée pour celle-ci:

        • Je me sentais bien physiquement, entraînée et tout et tout - ah! tout ces kilomètres avec mon pneu!
        • Mon équipement était à 95% parfait pour moi
        • Côté chaussures, tellement agréable d'avoir les pieds bien au chaud et confortables - vraiment ravies de mes guêtres à coller FortyBelow!
        • Aucun problème mécanique: pieds, hanches, muscles, articulation, tout 100% nickel tip top! Vous me direz que je n'ai pas fait toute la distance. C'est juste. N'empêche que certains étaient déjà mal en point bien avant. Et quasi aucune courbature par la suite. Yes!
        • J'ai eu agréablement chaud dans mon sac de couchage lors de mon bivouac improvisé en attendant la motoneige. Pour diverses raisons, je suis restée 1h30 à moins 30°, avec vent et sans avoir mangé depuis des heures. Donc plutôt contente de mon ensemble "bivouac"!
        • Mon ensemble de gants a bien marché et m'a permis de garder mes doigts  bien au chaud même avec peu de réserves. Pour des challenges plus froids, j'ajouterai tout de même des sur-moufles.
        • J'avais noté sur chacun de mes dry-bags le contenu, rendant les choses bien plus simples à trouver avec la fatigue ou quand le temps est limité (en raison du froid...). 

        Et franchement, je n'aurais pas pu faire de meilleurs investissements que ma "jupe" doudoune  Sleepwalker - juste hyper pratique! Perso j'adore!,  la veste doudoune de chez RAB vu que mon ancienne n'aurait même plus tenu chaud à un Yeti...😛 toutes ces poches! Très très pratique! et le fameux masque anti-froid Cold Avenger face mask qui a mon avis est une pièce essentielle par ces températures (il existe d'autres marques sûrement!). Vous n'avez qu'à demander à Tyre Lady Ice comment cela lui a évité de sérieuses engelures de bout de nez!

        TyreLady Ice et Todd à Surly CP3

        A améliorer:

        Il est clair que je ne repars pas sans...:

        1. Hydratation améliorée
        • Type de boisson - mon erreur a été de ne pas utiliser les tisanes que j'ai prises sur la Rovaniemi 300 - gingembre/citron, "après-repas", etc. avec un peu de sel et du miel - vu que cela semblait me convenir très bien.
        • Des poches additionnelles sur le haut de mes couches intermédiaires afin de pouvoir y placer mes petites bouteilles et y accéder sans faire de gymnastique.
        2. Vêtements

        Melgeorges CP2
        • Prendre une veste de ski - plus chaude qu'une simple Gore-Tex, respirante et imperméable, me permettant de varier plus les couches en fonction des changements de météo
        • Par rapport à mes chaussures, je ne vais pas sprayer la couche de protection si haut afin de la garder plus respirante vs trop imperméable, limitant ainsi le phénomène de gel depuis l'intérieur.
        • Sur-moufles!
        3. Ecologie

        Par là j'entends l'écologie au sens "être en accord avec mon environnement et mes valeurs essentielles". Bref, être vraiment moi-même, purement et simplement. Authentique. Pas de faux-semblant, pas de mensonges à moi-même. Et souvent, c'est le plus difficile.
        John Taylor sur la dernière ligne droite!

        Authentique. Sans compromis. Ma nouvelle devise!  

        Et ne pas prendre tout ça trop au sérieux 😝!

        Note finale

        Toute cette aventure a été incroyablement enrichissante - sur le plan personnel et humain. Plus facile à dire avec le recul, je vous l'accorde!
        • J'ai fait la connaissance de gens vraiment extraordinaires: spontanés, accueillants, généreux, drôles, originaux, ouverts d'esprit et simplement gentils - et ça, c'est une énorme qualité! 
        • J'ai bousculé ma zone de comfort sociale habituelle et étonnament, l'expérience a été agréablement intéressante. Bon, je ne vais pas devenir ultra-sociable pour autant!
        • J'ai dû faire avec mes gremlins perso and en ai appris encore davantage
        • J'ai osé parlé et m'ouvrir de manière bien plus spontanée que d'habitude - et j'ai été totalement bluffée du retour incroyable reçu!
        • J'ai passé la ligne d'arrivée, bien que je sois hors course, et cela m'a fait un bien fou! de même que d'être là pour accueillir et féliciter les coureurs qui finissaient!
        • J'ai décidé d'arrêter la course pile là où se trouvait cette femme - dont je sais à présent que c'est une sacrée coureuse d'ultra!  et ai ainsi pu lui éviter une hypothermie grave en appelant les secours. Et j'ai gagné une nouvelle amie! Ca, ça vaut tout l'or du monde!
        Dave, un des meilleurs en motoneige!

        Mon premier AH a été un DNF. Mais certainement le meilleur DNF que j'aie jamais fait! Et je reviendrai.
        Un grand merci à Ken Krueger et à tous les bénévoles  pour leur engagement incroyable qui rend ce genre de challenge possible!

        Surly TeePee