Tyre or not tyre? - A chacun son pneu

 

pour accéder directement au texte en français

Pre-Christmas thoughts on Arctic training


About a month ago, I resumed training with my buddy Tyre. And just like every year when I start again, I'm wondering why the hell do I keep doing this? Well, indeed: is it really that important to pull a tyre to run Arctic races? Is there no other way around it?



Know your Tyre

When I first started to train for an Arctic race, back in 2014, I read plenty of stuff on specific training for cold races. Actually I entered my first Rovaniemi 150 on an impulse, as a personal challenge, to see if I could do it, and had only 3 months to get everything ready: figure out the gear, do the specific training and sort out the financial side... When Adventure gets the best of you...!

I'm the self-taught type, so I searched and found all the info I required and began training accordingly.  I had read that some Arctic explorers trained during the off-season with a tyre to compensate for the absence of snow and simulate the effect of pulka pulling. I liked the idea. And shortly after I was going out with my very first Tyre.

To be very honest with you: it wasn't love at first sight. First we had some serious fights and deep misunderstanding. Mister Tyre wasn't the cooperative type. Lazy, gritty, reluctant to be dragged on the road, he loathed uphills and rough terrain... As for me, I don't like to be resisted. So we always ended up in bad terms. I would get so upset and angry at Mr Tyre that I would abandon it out there in the cold rain, hoping it would feel sorry and behave better next time... In vain. But we did persevere. We kept on. Bit by bit we got to know and understand each other better. We started to take longer walks together, and slowly tamed the hills. It hurt me less and was kind of nicer with me now. Even the dogs started to be less scared of it and even to appreciate it. When Mr Tyre was coming along, it meant long and easier walks for them!

Still, for that first Rovaniemi race, I never took Mr Tyre for more than an hour out there. It would kill me. It was so grumpy and hard-headed! I was all too happy when it snowed finally enough to take Little Miss Pulka out there with me! What a lady! What a difference she made! So much lighter, so classy, sliding with ease and flow on the snow, always happy and ready for more outdoor sessions...as long as the snow was nice and white! A real pleasure.

Every autumn since then, I pull Mr. Tyre for a few months before the snow arrives and Little Miss Pulka can be taken out. I actually had already a few Mr. Tyre since they have a tendency to let me down after a certain amount of time spent together. Ah, tyres! Last year I was forced to choose a tougher and more serious model as the previous ones took it too lightly and were jumping and rolling downhills... Now my current Mr Tyre is a big fellow and won't let me down that quickly. It's actually the toughest training partner I ever had! The gritty type. Brave. Down to earth. It would never jump at me or attack me from behind  by surprise. We're now doing regular sessions together of two hours and above, in all kind of conditions and terrain, uphills included. Great progress, isn't it?

But it's not an easy catch. I really have to work hard for our relationship to stay in good terms and evolve in a positive way. Well, you got it: it's damn heavy!

So, all joking aside, what's the point of persisting in playing the modern working horse?


Destination Tyre

On the Rovaniemi 150 in 2015, we were quite a few women running the 150k. Among them many strong athletes. So despite a pretty good time of 33 hours, I finished 5th women (8th overall runners). And Bettina who was 1st woman had never ever dragged a pulka nor a tyre before.

So I guess the answer is

no, you don't have to painfully drag a tyre for hours to do an Arctic race

But seriously it helps. And I wouldn't stop training with it despite all the hardship. Let me tell you why.

If you follow me on Insta or Facebook, you know I'm obsessed with tyre training. Most of my posts from November till January are all about tyres, rain and silly videos made out of training despair 😂Unlike my friend Tyre Lady who's dragging hers everywhere to raise awareness on plastic waste, my obsession has no benevolent background. It is purely physical. With a hint of mental addiction. Appalling... lol


The Power of the Tyre

The first reason I truly enjoy training with a tyre is to get a stronger body. I'm a strong believer in getting strong at what you can so it gives you a greater margin to deal with unplanned events once out there.

Resistance

If my body is more resistant to effort and used to physical fatigue, then I can take myself to the next level and handle a potentially more stressful situation with more ease. Nowadays I'm still able to think straight even after long hours of walking and efforting in the snow and the cold. There are already so many parameters that we do not control out there! So if at least I can count on my body and know its resistance and resilience, it's an already amazing asset.

A matter of muscles and structure

Training with the tyre strengthens your whole body and helps your muscles and tendons to the specific effort of pulling a pulka for hours. Every single muscle, tendon and joint of your arms, legs, shoulders and torso is asked a tremendous effort when trudging in deep snow for hours in a row, punctuated by flat portions on hard packed snow or ice. And repeat.

I can really tell the tyre pulling is helping me gaining strength. At the beginning of my tyre season, I can hardly go for an hour without being exhausted and feeling every single muscles of my butt and my abs. After a while I kind of getting use to it and going for 2 hours a few times a week in a row seems like the new normal.


Rise of the Viking

The second reason is about mindset and mental strength.

Indeed, dragging a reluctant grumpy-gritty-grippy tyre for hours at a snail's pace shapes one's character. Despair or get stronger. Give up or push through. Such a good mental prep for the long hours alone out there, when you never seem to get there, when it takes you two hours to cover 4 kilometers...and you start having airy-fairy hallucinations !

Pulling this heavy big fellow behind me makes me feel like a warrior! I feel like I'm back to the Viking age with fierce battles against treacherous enemies and miles to cover in harsher conditions. I can do it! I'm a Viking.

Yes, I know. I love telling me stories. But doesn't it make life even more fun and exciting? And as long as it keeps my motivation high, who cares?

Positive side effects

So actually, it's up to you whether to train or not with a tyre. But get a strong body and an even stronger mind. Because, at the end of the day, that's what will make the real difference once out there.

A strong and resilient mind can actually be very useful during the Holiday season and help you face family dinners! So don't underestimate the benefits of Tyre pulling... lol



And if you need more support, feel free to check my work with me page! I'd love to help you turn you into the hero you are meant to be! 

___________________________________________________________________
FR

Réflexions pré-Fêtes sur l'entraînement arctique


Il y a environ un mois, j'ai repris l'entraînement avec mon pote Gros Pneu. Et comme à chaque fois que je m'y remets, je me demande franchement pourquoi je continue à faire des trucs pareils? Oui, honnêtement, est-ce que cela sert vraiment à quelque chose de tirer un pneu pour participer à des courses polaires? N'existe-il pas autre chose?


Connais ton Pneu

Quand j'ai commencé à m'entraîner pour ma première course polaire, en 2014, j'ai beaucoup lu sur le sujet, et notamment sur l'entraînement spécifique pour ces courses atypiques. En fait, je me suis inscrite à ma première Rovaniemi 150 sur un coup de tête, comme un défi, pour savoir si je pouvais le faire, et je n’avais que 3 mois pour tout préparer: trouver le matériel, gérer l'entrainement spécifique et régler la question du financement. .. Quand l'aventure vous gagne, je vous jure..!

Je suis du genre autodidacte, alors j'ai cherché et trouvé toutes les informations dont j'avais besoin et commencé l'entraînement spécifique à la course. J'avais notamment lu que certains spécialistes  s'entrainaient hors-saison avec un pneu pour compenser l'absence de neige et simuler l'effet de la traction de la pulka. L'idée m'a plu. Et peu de temps après, je sortais avec mon tout premier Pneu.

Oh, je dois être honnête avec vous: cela n'a pas été le coup de foudre. Nous avons d’abord eu de sérieuses disputes et de profonds malentendus. Monsieur Pneu n'était pas dutout du genre coopératif. Fainéant, trainant la patte, peu disposé à être traîné sur la route, il détestait les montées et les terrains accidentés ... Et de mon côté, je déteste qu'on me résiste. Bref, la cata. Nous finissions donc toujours en mauvais termes. J'étais tellement énervée et agacée contre M. Pneu que je l'ai abandonné à maintes reprises sous la pluie glacée, en espérant qu'il ait des remords et qu'il se comporterait mieux la prochaine fois ... Peine perdue. Mais on a persévéré. Nous avons continué. Petit à petit, nous nous sommes apprivoisés et mieux compris. Nous avons commencé à faire de plus longues sorties ensemble et avons lentement osé affronter les montées. Il me faisait moins mal et était un peu plus gentil avec moi maintenant. Même mes chiennes ont commencé à être moins effrayées et même à l'apprécier. Lorsque M. Pneu était de la partie, cela signifiait des promenades longues et plus faciles pour elles!

Pourtant, pour cette première course à Rovaniemi, je n’ai jamais emmené M. Pneu plus d’une heure dehors. Trop épuisant. Il était tellement grincheux et têtu! J'étais trop heureuse quand il a finalement neigé suffisamment pour emmener la petite demoiselle Pulka avec moi! Quelle dame! Quelle différence! Tellement plus légère, si élégante, glissant avec aisance et fluidité sur la neige, toujours joyeuse et prête pour une sortie en extérieur… pour autant que la neige soit belle et blanche! Un vrai régal!

Depuis, chaque automne, je sors avec M. Pneu pendant quelques mois avant que la neige n'arrive et que la Petite Mademoiselle Pulka puisse être sortie. En fait, j'ai déjà eu plusieurs M. Pneu depuis mes débuts, car ils ont tendance à me laisser tomber après un certain temps passé ensemble. Ah, les pneus, je vous jure! L'année dernière, j'ai été obligée de choisir un modèle plus costau et plus sérieux, car les précédents le prenaient trop à la légère et sautaient et dévalaient les pentes ... A présent, mon actuel M. Pneu est un solide gaillard qui ne me laissera pas tomber aussi rapidement. C'est d'ailleurs le partenaire d'entraînement le plus dur que je n'ai jamais eu! Du genre à la rude. Courageux. Terre à terre. Il ne me sauterait jamais dessus ni ne m'attaquerait par surprise comme  les précédents. Nous organisons à présent des sorties régulières de deux heures et plus, par tous les temps et sur tous les terrains, y compris en montée. De sacrés progrès, non?

Mais ce n'est pas une proie facile. Je dois vraiment travailler dur pour que notre relation reste en de bons termes et évolue de manière positive. Bref, vous l'avez compris: M. Pneu, c'est du lourd!

Bon, blague à part, à quoi cela sert-il vraiment de me transformer régulièrement en boeuf moderne?

Objectif Pneu

Sur la Rovaniemi 150 de 2015, nous étions plusieurs femmes à courir le 150 km. Parmi elles, beaucoup d'athlètes vraiment foirtes. Donc, malgré un temps respectables de 33 heures, j'ai terminé 5ème (8ème au classement général). Et Bettina qui était la 1ère femme n'avait jamais traîné une pulka ni un pneu auparavant.

Donc je suppose que la réponse est

non, il n'est absolument pas indispensable de souffrir à tirer un pneu pendant des heures pour participer à une course arctique.

Mais sérieusement, ça aide. Et je ne m'arrêterais pour rien au monde de m'entraîner avec malgré tout. Laissez-moi vous dire pourquoi.

Si vous me suivez sur Insta ou Facebook, vous savez que je suis obsédée par l'entraînement avec mon Pneu. La plupart de mes articles et posts de novembre à janvier sont consacrés aux pneus, à la pluie et à des vidéos débiles dues à mon désespoir pneumatique. 😂 Contrairement à mon amie Tyre Lady , qui traîne le sien partout pour sensibiliser le public aux déchets plastiques, mon obsession n’a pas de fondement écologique ou de cause charitable. C'est purement physique. Avec un soupçon de dépendance mentale. Accablant! lol


La Force du Pneu

La première raison pour laquelle j'aime vraiment m'entraîner avec un pneu est que cela permet de se construire un corps plus fort. Je crois sincèrement qu'il est important de faire le maximum pour se préparer en amont pour se donner une plus grande marge de manœuvre lorsqu'il s'agira de gérer les imprévus une fois sur place.

Résistance

Si mon corps est plus résistant à l'effort et habitué à la fatigue physique, je peux alors passer au niveau supérieur et gérer plus facilement une situation potentiellement plus stressante. A présent, je suis encore capable de réfléchir correctement et efficacement même après de longues heures de marche et d’efforts dans la neige et le froid. Il y a déjà tellement de paramètres que nous ne contrôlons pas dans ces conditions! Donc, si au moins je peux compter sur mon corps et connaître sa résistance et sa résilience, c'est déjà un acquis incroyable.

Une question de muscles et de structure

Tracter un Pneu renforce votre corps tout entier et prépare vos muscles et vos tendons à l'effort spécifique de tirer une pulka pendant des heures. Tous les muscles, tendons et articulations de vos bras, jambes, épaules et torse sont soumis à des efforts considérables lorsque vous marchez dans la neige profondde pendant des heures d'affilée, entrecoupée de portions plates sur de la neige tassée ou de la glace. Et on recommence...

Je peux vraiment dire que cet entrainement m'aide à gagner enforce. Au début de ma saison de pneus, je peux difficilement sortir plus d'une heure sans être épuisée et sentir tous les muscles de mes fesses et mes abdos. Au bout de quelque temps, je m'habitue et tracter mon pneu deux heures d'affilée, plusieurs fois par semaine, devient la nouvelle donne.

Le Réveil du Viking

La deuxième raison concerne l'état d'esprit et la force mentale.

En effet, tirer un pneu grincheux, méchant et trainant la patte pendant des heures à la vitesse d'un escargot façonne le caractère. Déprime ou devient plus fort. Abandonne ou persévère. Une excellente préparation mentale pour les longues heures à venir, passées seul/e, quand vous semblez ne jamais y arriver, quand il vous faut deux heures pour parcourir 4 kilomètres ... et que vous commencez à avoir des hallucinations farfelues!
En tirant ce gros bonhomme derrière moi, je me sens comme une guerrière! J'ai l'impression d'être de retour à l'âge viking avec des batailles féroces contre des ennemis perfides et des kilomètres à couvrir dans des conditions extrêmes. Je peux le faire! Je suis une Viking!
Oui je sais. J'aime me raconter des histoires. Mais cela ne rend-il pas la vie encore plus amusante et passionante? Et tant que ma motivation reste au top, on s'en fiche non?

Effets secondaires positifs

Donc, pour résumer, c'est à vous de décider si vous voulez ou non vous entraîner avec un pneu. Mais ayez un corps fort et un esprit encore plus fort. Parce qu’au bout du compte, c’est ce qui fera la différence une fois là dehors.

Un mental fort et résilient peut vous servir dans bien d'autres occasions, notamment en période de Fêtes et vous aider à fmieux affronter les dîners de famille! Alors ne sous-estimez pas les avantages du tractage de pneus ... lol


Et si vous avez besoin de plus de soutien, allez voir ma page work with me ! J'adorerais vous aider à réveiller ce héros qui sommeille en vous!


Tyre or not tyre? - A chacun son pneu Tyre or not tyre? -  A chacun son pneu Reviewed by Rachel F B on December 10, 2018 Rating: 5

No comments:

Powered by Blogger.