Don't let these 3 monsters ruin your event!

pour accéder directement au texte en français

 

Every hero faces challenges


I was thinking lately of the best tips and advice I could share with you that would help whatever winter event you plan to do, whether you are a rookie or a vet, and that could apply to runners, skiers or fatbikers.
How could my experience - good and less good - serve others best?

The body achieves what the mind believes
After each event I do - whether it's a race, a solo challenge or a plain training session - whether it's been a success or didn't turned out as I expected,  I always take some time to analyse what went well, what didn't, what I could improve for next time or should not repeat. You probably do that too, especially on major events. Anybody who wants to improve should learn from their good and bad experiences and uses them to go further, better, faster. Yet it is not always easy to see clearly the what and why of successful or less successful.

Looking back on my sports events and expeditions over the past years, I realised that any of my failures vs successes were due to one or more of the same three "monsters", again and again. Yes, indeed, I have been able to condense all the reasons for my failed or less succesful attempts under three main "don'ts" categories. And I am convinced it to be the case for any of your successes or failures too.These three monsters when let free and uncontrolled will turn any event into a struggle, a constant battle and they are a real pain to overcome.

Did you ever feel like you have no legs anymore? or completely burnt out after less than 20k when on the go for 150k? or maybe just not feeling like it anymore? as if you were bored, discouraged or on the opposite upset and crossed without any apparent reason - or for minor gripes? ready to give up? Or did you ever got ill the day before or a cold a few days before a race?
And what if the root cause behind any mental states and physical issues were related to these gremlins? Let me explain.

Monster #1 - Doubt

This is the biggest gremlins. The one that comes back regularly. On the first Rovaniemi 150, it hit me hard... leading me completely exhausted after 60k. I felt nauseous and very poor. I couldn't eat anymore. I was close to giving up. How did I reach that point? Well, stress. I had put a lot on pressure on myself. Was comparing my performances with others. Pushing myself hard by fear of being too slow. By fear of not being worthy of the trust my suports place in me. In one word: doubt. I doubted my ability to do it. I doubted I was trained enough, strong enough, fast enough, good enough...

This is what this baddy is all about: guilt, doubt, comparision, ego, judgement. It is insidious, merciless and powerful, as it takes its roots in one's deepest fears. The fear of being not good enough. Once awake, it can wrestle the best athletes to the ground.

Monster #2 - Blame game

Blame. Whether you criticize yourself or blame an external source for whatever you're unhappy with: the organisation, the weather, the conditions, the track, the markings, your gear, your performances, your training, your rest, the decisions you took or advice you followed regarding equipment, etc. Once you start down this road, things will go worse and worse. And can lead you to DNF.

Monster #3 - Diluted focus

Any negative or upsetting thoughts will take your energy away from the undergoing event, even if they have no direct relation with it, such as unpleasant topics about work, relationship issues, etc.
It's also a consequence of the first 2 monsters. Your focus starts to dilute...and so does the driving force needed to reach your goal. You start making mistakes. Getting upset about details. Or overwhelmed by minor issues. The struggle in your head starts to physically show on your road. 

These Gremlins cause important energy leak. When actually you need your energy levels to be 100%.


Heroes gain experiences in battle



I've been there. I've faced them more than enough and sometimes haven't been able to go over them and had to give up or finished pretty poorly. But I've also been able to recognise them early enough and to overcome them. And I've found solutions that worked for me for each of these baddies. And worked wonderfully for others too. These are the tools I want to share with you here.

Magic box


Antidote #1 - They are many antidotes and prevention remedies to keep this gremlin at bay:
  • Awareness. Be aware of it and of your thoughts, if they start moving in this direction. And obesrve them, look at these thoughts as if they were separate from you. Laugh about it. Don't take it too seriously.
  • Honesty. Be honest with yourself: what do you really expect from your race? event? training session?  what do you really want? And why? and do/did you train acordingly? Did you do all you could to achieve your goal? Set goals that are within reach, realistic. Set goals with and for yourself - not for others, whatever expectations they might have of you.
  • Flexibility. Be flexible: be aware that many factors are involved and some of which you have little control over. You might have to change your plan, your expectations, even your goal because it simply isn't physically possible. And that's ok
On the Hiking for the Arctic expedition, I had planned to do 40k per day. I quickly realised it wouldn't be possible as the conditions didn't allow me to and that if I still tried and pushed hard to, I would jeopardise the entire expedition and put the health of my dogs at risk. I had to be flexible and smart enough to review my goal. And the expedition turned into a beautiful adventure and fantastic success 😊
.
Antidote #2  - This is my rule of thumb once I'm on the trail:

Never question one's gear or complain about anything that cannot be changed right now. 
  • Take responsiblity. Stick with the decisions you've made about gear and equipment. Once you're off on the trail, it's too late to complain, blame others or criticise yourself for the choice of equipment or clothes you've made. Even if everything isn't perfect, it won't prevent you from finishing the race or event - as long as you prepared a minimum for the race (!). Only your thoughts about it might stop you or at least make things harder and painful for you. 
  • Make mental notes for later. if anything needs to be improved, corrected or said, make a mental note and keep it for later, once you've finished your training or race. Then you can do something about it, act, improve so it doesn't repeat next time. Keep your energy for what matter right now. 
  • Turn any drawback, any handicap into a powerful tool! See any setbacks, any difficulties as an extra challenge that you are able to go over and will make you even stronger and prouder of yourself. You can handle this. You have it all within you. Maybe you'll discover unexpected resources within yoursself and finish nice and strong. Maybe it means to get yourself to the next CP and stop there. Because nothing here is worth putting your life in danger. Success doesn't only mean reaching the finish line. Admitting that you maybe didn't have what was required to finish takes a lot of courage. Never let anybody else tells you otherwise. You're in charge. Learn. Make the appropriate adjustment(s) and move on.

Antidote #3 - Use magic spells and talismans!

I find it very useful to use tricks to keep my mind busy during these long hours of training, hiking, running on my own. Here are some of my magic potions:
  • Use of mantras and positive powerful sentences. I've found it very useful to have my own "tough time" mantra that I repeat on and on as soon as I catch myself doing my Mrs Grumpy. It's my "anti-Grinch" magic wand. I actually have a few: one when I feel tired or discouraged; one when I need to feel supported and guided, one when I feel cold. Be playful. Create your own mantra(s). And practice ahead of the race, so it becomes natural and part of your training. It can be an inspirational quote, a song, a positive and powerful sentence.
  • Have a bunch of uplifting topics to think of, such as plans, new or undergoing projects. You can even bring along matters to solve, solutions to find as long as it doesn't upset you or make your focus dilutes. It all helps not letting the negative, low-energy thoughts creep in and steal your energy. 
  • Visualisation. See yourself on the finish line. See yourself telling the story to your friends, your family, your beloved ones. Visualise the after-event, feel and imagine how good you will feel, how happy and proud you are going to be. Visualise the food or drinks you die to have right after the race. Or the hot shower (well, this one is tricky, as it might cause you to stop to have it faster 😁). Play the movie in your head anytime you have a difficult time. 

 

You are the hero!

Unleash the power!

I told you earlier about my struggle on the Rovaniemi 150. I rested for a while. Slept an hour in the cold. Then, suddenly a powerful energy came from deep inside me: I couldn't give up just like that. I wasn't finished. So I packed my stuff, shivering from cold, managed to dink and bit of water and set off back on the trail. I did the rest of the race on water and eating snow, unable to get anything solid! Some 100k! I finished pretty strong. Not on the top three as I wanted but still highly ranked. What was most important anyway? I had a major victory on my own demons. And I never suffered from it after the race. Why? because I had decided I could do it. My body was strong enough. I was going to enjoy my race nevertheless! And will sort this issue out for the next event.

We all are heroes in some ways, at some point of our life. Trust in your inner power. Trust your inner resources.


Unleash the power!

And go out there, leap, live your dreams. Don't let gremlins steal them from you. You are the hero of your life!

_________________________________________________
_____________________________________________________________________ 

Tous les héros doivent relever des défis


Je me demandais récemment quelle était la meilleur manière de transmettre de mon expérience - bonne et moins bonne - pour qu'elle soit une vraie valeur ajoutée à vous mes lecteurs, quelque soit le prochain défi sportif envisagé, que vous soyez débutant(e) ou expérimenté(e), que ce soit en fatbike, à pied ou à skis.

Après chaque événement, que ce soit une course, un défi solo ou un simple long entraînement, que les choses se soient bien passées..ou pas aussi bien qu'espéré, je prends toujours un moment pour analyser ce qui a bien fonctionné et ce qui devra être amélioré ou évité la prochaine fois. Vous le faites certainement déjà, surtout pour les événements majeurs. Quiconque veut s'améliorer devrait apprendre des bonnes et mauvaises expériences et les utiliser pour être plus performant, plus rapide, plus fort. mais ce n'est pas toujours évident de réaliser ce qui a bien fonctionné et pourquoi.

En repensant à mes différents événements sportifs et expéditions, j'ai remarqué que tous mes "échecs" vs réussites étaient encore et toujours liés avec un ou plusieurs saboteurs. Trois saboteurs distincts en fait qui recoupent la totalité des raisons qui m'ont counduit à abandonner ou faire des résultats médiocres. Et je suis persuadée que ces mêmes trois saboteurs sont responsables de la majorité des échecs ou difficultés rencontrées en course...et ailleurs. Ces trois démons une fois libérés peuvent transformer tout défi, course, entraînement en combat permanent et sont une vraie plaie à s'en défaire.

N'avez-vous jamais eu l'impression de ne plus avoir de jambes? ou complément épuisé après moins de 20km alors que vous êtes parti pour quelque 150km? ou peut-être avez-vous déjà eu ce sentiment de ne plus avoir le goût? d'en avoir marre, prêt à abandonner, de vous sentir super énervé pour des broutilles ou complètement à côté de vos baskets sans apparente raison?  Ou vous est-il déjà arrivé de tomber malade le jour ou peu avant la course ?
Et si la cause commune à tout ces ennuis physiques et baisses morales était liée à ces trois mêmes démons? Voici ce que j'ai découvert. 

Saboteur #1 - Doute

C'est le pire des trois saboteurs, Celui qui revient régulièrement et qui n'est jamais loin. Sur la première Rovaniemi 150, il m'a frappée de plein fouet... me laissant complètement épuisée et à la limite de l'abandon après 60 km. Je me sentais mal, avais la nausée et ne pouvais plus rien manger.  Comment en étais-je arrivé là? Le stress. Je m'étais trop mise la pression. Comparée aux autres participants. Poussée trop fort de peur d'être trop lente. Par peur de ne pas être à la hauteur de la confiance de mes suporters. En un mot: j'avais douté de moi. Douté de ma capacité à finir. D'avoir l'entraînement suffisant. D'être assez rapide, assez forte, assez bonne.

C'est exactement sur ce terrain que joue ce monstre-là: la culpabilité, le doute, la comparaison, l'égo, le jugement. Il est insidieux, puissant et sans pitié, car il prend ses forces au coeur même d'une des plus grandes peurs humaines: la peur de ne pas être assez. Une fois réveillée, cette peur peut mettre à terre le plus fort des héros!

Saboteur #2 - Le jeu des reproches

Les reproches. Les critiques. Les accusations. Que vous vous faites à vous-même ou que vous teniez responsable ou accusiez une source externe pour ce qui vous contrarie: l'organsiation, les conditions météo, les conditions de course, le terrain, le tracé, votre matériel, votre entraînement, votre sommeil et repos, vos performances ce jour-là, les décisions prises ou les conseils reçus, etc. Une fois que vous vous engagez dans cette voie, les choses ne vont faire qu'empirer. Et peuvent vous conduire à l'abandon.

Saboteur #3 - Perte de concentration

Toute pensée négative ou perturbante aura pour conséquence de vous entraver dans l'action en cours C'est comme si l'énergie dont vous avez besoin pour réaliser votre challenge se trouve diluée, dissipéee afin de gérer autre chose en même temps, même si le sujet déplaisant ou préoccupant n'a rien à voir avec ce que vous êtes en train de faire: professionnel, relations personnelles, ou directement lié à l'un des deux premiers saboteurs. 
Lorsque la concentration et l'attentionse se diluent, la force, l'énergie - qui vous fait avancer et est nécessaire à la réalisation de votre objectif, en fait de même... C'est là qu'on commence à faire des petites erreurs. A s'énerver pour des détails. Ou à se sentir débordé par des incidents mineurs. La confusion dans votre esprit se matérialise physiquement.

Ces Gremlins causent d'importantes pertes d'énergie. Alors que justement vous avez besoin de toute l'énergie à disposition!

L'expérience rend plus fort


Je suis passée par là. Je sais de quoi je parle. Parfois je n'ai pas réussi à dépasser mes démons et ai fini plutôt mal en point. Mais j'ai aussi été capable de les démasquer suffisamment tôt et de les surmonter. Et j'ai pratiqué, testé des solutions pour chacun d'eux qui marchent magnifiquement pour moi. Et qui se sont révélées tout aussi efficaces pour d'autres. Ce sont ces outils que j'aimerais partager ici. 

La boîte magique


Antidote #1 - Il en existe plusieurs pour garder ce saboteur à l'écart :
  • Conscience. Être conscient de l'existence de ce saboteur et de vos pensées, dès qu'elles glissent dans cette direction. Et obsrvez-les, comme si elles étaient séparées de vous. Ne les prenez pas au sérieux. Et ne prenez rien de tout cela trop au sérieux! Gardez le sourire et du recul!
  • Honnêteté. Soyez vraiment honnête avec vos-même: qu'attendez-vous réellement de ce défi? course? entraînement? Que voulez-vous vraiment obtenir? et pourquoi? vous êtes-vous entraîner/vous entraînez-vous en conséquence? faites-vous ou avez-vous fait tout ce que vous pouveiz dans ce sens? Fixez-vous des objectifs qui soient réalistes et atteignables par rapport à vous, votre niveau, votre agenda, vos contraintes,ets. Fixez des objectifs pour vous et pour de bonnes raisons- pas pour les autres, quelles que soient les attentes qu'ils puissent avoir.
  • Souplesse. Sachez rester souple. de nombreux facteurs entrent en ligne de compte et certains sur lesquels vous n'avez que peu d'emprise. Il vous faudra peut-être modifier votre plan, votre stratégie ou même votre objectif. Ayez toujours un plan B. Si vous êtes préparez à cette éventualité, vous y arriverez. 
Lors de mon expédition Hiking for the Arctic, j'avais prévu de parcourir 40km par jour. J'ai très rapidement réalisé que ce ne serait pas possible vu les conditions sur le terrain. Et que si je forçais, je mettrais en péril la résussite du tout et surtout la santé de mes chiennes. J'ai dû admettre la situation et revoir mon objectif de temps. Au final, l'exprédition a été un franc succès et une magnifique aventure! 😊

Antidote #2  - Ma règle d'or une fois en route:

Ne jamais remettre en question ni douter de l'équipement 
ni jamais se plaindre de ce qui ne peut être changer dans l'immédiat. 
  • Assumer ses responsabilités. Assumer les décisions prises et les choix faits par rapport à l'équipement. Garder votre cap. Une fois parti, il est trop tard pour se plaindre, râler ou en vouloir à qui que ce soit.  Même si tout n'est pas parfait, cela ne vous empêchera pas d'aller au bout - pour autant que vous ayez le minimum requis et vous soyez préparé un minimum (!) Mais vos pensées négatives rendront la tâche bien plus ardue et pénible voire vous empêcheront de continuer. 
  • Prenez note mentalement pour plus tard. si quoi que ce soit ne fonctionne pas, doit être amélioré, corrigé, ou dit, prenez en note dans un coin de votre tête et gardez-y pour plus tard, lorsque vous pourrez agir afin que cela ne se reproduise plus. Mais là tout de suite, gardez votre énergie pour des choses plus essentielles.
  • Transformer chaque désavantage ou mésaventure en une formidable opportunité! Voir chaque ennui ou difficulté comme un défi supplémentaire à relever. Si cela vous est arrivé, c'est que vous pouvez le surmonter. Cela vous rendra encore plus fort et fier de vous-même. Vous avez tout ce qu'il faut pour, toutes les ressources nécessaires, dont vous ignoriez peut-être même l'existence pour vous permettre soit de finir en beauté, soit de rejoindre le prochain CP sain et sauf et de faire le point à ce moment-là sur la suite à donner...ou non. Chercher à dépasser ses limites, à aller au delà de ce qu'on pensait possible ne veut pas dire mettre sa vie en danger pour des raisons futiles. Réussir ne se limite pas à atteindre la ligne d'arrivée. Admettre que cette fois-ci, il manquait de ce qu'il fallait pour aller jusqu'au bout dans des conditions convenables demande beaucoup de courage. Ne laissez jamais personne vous dire le contraire. Vous êtes seul(e) juge. Apprenez. Tirez les enseignements nécessaires et faites les corrections adéquates. Et ensuite, avancez!

Antidote #3 - Les sortilèges et talismans!

Je trouve très utile d'utiliser différents trucs et astuces pour garder mon esprit occupé pendant les longues heures d'entraînement, de marche, de course passées seule ou presque.  Voici quelques uns de mes sortilèges: 
  • Utilisation de mantras et de phrases positives et puissantes. Je me suis créée différentes phrases ou mantras pour tous les moments difficiles, que je me répète encore et encore dès je remarque que je suis en train de me la jouer Mme Pôv Petite! Ce sont mes talismans "anti-grincheux". Un pour les coups de mou, un quand j'ai froid et que je fatigue, un quand j'ai besoin de me sentir soutenue et encouragée, etc. Essayez! Amusez-vous et créez vos propres mantras. Entraînez-vous à les utiliser bien avant la course afin qu'ils deviennent part entière de votre préparation. Cela peut être un proverbe, une citation inspirante, une chanson, une phrase motivante et puissante.
  • Ayez une série de sujets motivants "prêts à penser", tels que des plans, des projets, nouveaux ou en cours. Même des sujets à résoudre ou des solutions à trouver tant que le sujet ne vous perturbe pas de manière handicapante. Préférez des sujets qui vous inspirent et vous motivent. Tout ce qui peut aider garder les pensées noires à l'écart et maintenir votre taux d'énergie élevé est parfait! 
  • Visualisation. Visualisez-vous sur la ligne d'arivée. Voyez-vous, entendez-vous raconter votre récit à vos proches, amis ou collègues. Imaginez ce qui va se passer juste après votre réussite et ressentez comme vous serez bien, heureux, fier! Imaginez ce que vous allez manger et boire une fois arrivé! Ou la douche chaude! (bon, ça c'est un piège car comporte le risque de vous poussez à arrrêter plus vite😁). Jouez, rejouez le film dans votre tête à chaque moment difficile!  

 

Nous sommes les vrais héros!

La force est en vous!

Je vous ai parlé toute à l'heure de ma galère sur la 1ère Rovaniemi 150. Je me suis reposée un moment. Dormi une heure dans le froid. Et tout d'un coup, j'ai ressenti cet appel au fond de moi, ce regain d'énergie incroyable. Non, je n'allais pas abandonner comme ça. Marc me soutenait. Tous lse gens qui croyaient en moi. Je n'étais pas du tout finie. Je me suis levée, ai paqueté mon matériel, avalé un peu d'eau et suis repartie, grelottante. J'ai continué. Ai marché, marché, buvant de l'eau et mangeant de la neige, car mon estomac ne voulait rien entendre. 100km. Et j'ai fini pas mal du tout! Pas dans les 3 premières comme je voulais mais pas loin non plus. Au final, c'est quoi l'important? J'avais remporté une victoire bien plus grande sur mes vieux démons. Et n'ai jamais souffert après la course! Parce que j'avais décidé que mon corps était avec moi et qu'il était capable de gérer. Que malgré tout j'avais choisi de profiter des payasages magnifiques. Et que je réglerai ce problème pour la prochaine course.

Si je l'ai fait, vous en êtes aussi capable. Nous sommes toutes et tous des héroines et des héros quelque part, à un moment ou un autre de notre vie. Faites confiance en votre force intérieure. La force est avec vous. En vous.  

Unleash the power!

Alors allez-y, foncez, vivez vos rêves. Ne laissez pas de vieux démons et autres gremlins vous les volez. Vous êtes les héros de vos vies!


Comments

Popular Posts