Monday, 12 February 2018

Arrowhead 135 - Part 2 - A road of lows and highs - Un parcours fait de hauts et de bas

pour accéder directement au texte en français



OK, so if you've followed me even just a little bit, you know I had to drop off the race. After 45mi (75km). Due to stomach issues. Huge disappointment. Huge frustration. The hardest but wisest decision I have taken lately. But I also managed to get back on my feet the next day and hit back on the trail, to finish the last leg of the race. Despite it all, I managed to finish my US experience on a high note!

It's still hard for me to talk about this DNF. And I don't really feel like going through all of it in details. But there are lessons to be learnt from this painful experience and a lot to share with you. A lot to say also about what works well and what I'm happy about. I'm sure that the struggles and the goods I've been through can actually help a lot of other crazy ultra runners out there.

The Lows

So, let's start with the lows here. What didn't work? What made me unable to go over that nausea and stomach issues leading me to dropping off?

Not the gear. Not the cold. Not the trail.

Guts. And mindset.


  • I thought this issue was sorted out. It's been a recurring one for many years and I worked on different levels to settle it: micronutrition, all sorts of drinks, change in race nutrition, etc.. During my last Arctic race, I faced it and managed to calm it down and then it was over for the next 3 days of the race. I went on AH confident it was all going to be ok.
  • I didn't train my guts specifically. Even on long training sessions, I never really train my stomach to eat and drink as I should. And because that issue comes up only after 40-50km, it makes it harder for me to know if I have drunk and eaten enough before I actually go over that mileage. But it's no excuse anyway. The point is: I didn't train specifically enough. And Gosh, I knew it! I mean, I'm a coach, I repeat this again and again to the people I train. And yet, I haven't done it properly myself. See? You better listen to me and train as I say ... not as I do😜
  • I rested and managed to have some soup at Gateway (thank you guys for the amazing welcome!!). And feeling slightly better, I went out again, supported, encouraged by Renata, Tyre Lady, the volunteers, my husb all the way from Switzerland. I didn't want to give up. Nobody wanted. I started on the trail again and really believed I was now set, thant my stomach was going to be ok and relaxed. I walked at a bit slower pace than usual. I even enjoyed some sledging down the hills! Less than one hour later, it started again. And stronger. I walked so slow I couldn't stay warm. And temperatures were dropping below 30°C Celsius. I knew that was dangerous and definitely unhealthy. My stomach was irritated and keeping on would only aggravate it. 



    That's for the guts. Now the mindset. Because that's a big one! Probably bigger than any improper training:
    I realised from the start that I wasn't completely in line with my deeper self and I know that my body was just reflecting that. "Hips don't lie" according to Shakira 😜... Well, the whole body never lies.
    • I was missing my dogs and felt I should be doing this with them while they still can (if you have pets...or kids, you understand)
    • I've proven to myself that I can do hard stuff and once on the trail, I felt a deep boredom... I suddenly didn't see the point of doing a race with cut-off times (and therefore pressure) when I love unsupported expeditions more... 
    • I let my gremlins attack and take control of my thoughts. Guilt, fears of not enough, of lack, etc...took over and I forgot all about the joy and fun that are the main reasons why I do this. And to climb back the ladder of emotional state takes energy. And I simply couldn't do it then. For those who are familiar with Abraham-Hicks, one of my favourite quotes is: "How do you get rid of doubt? Before you got it". It says it all.

    The Highs

    Arrowhead is a tough race. Arctic races are. And so were the previous events and exepeditions I have done. As a result I was pretty well-organised and prepared for it:

    • I was physically strong and well-prepared - yep yep, all that tyre pulling works!
    • My gear was 95% a perfect set-up for me
    • My shoes worked well and my feet were nice and warm - a huge thank you to FortyBelow glued-on gaiters!
    • I had no "mechanical" issue: feet, hips, muscles, joints were fine - Well, I didn't do the whole distance you may argue. Correct. Yet some people were physically far worse already earlier on the race. And I had hardly any muscle soreness afterwards.
    • I felt warm and comfy in my sleeping-bag when I decided to stop and bivvy while waiting for the snowmobile. For various reasons it's been an hour and a half wait. By minus 30°, slightly windy and I hadn't eaten for hours. Yet, my bivvy system worked extremely well. Good point!
    • My gloves system seems to be pretty good - kept me warm even with low energy. However I will add extra over-mitts on colder events. 
    • I labelled all my dry bags making things easy to find when tired or wanting to be as quick as possible (time, cold, etc.)
      My best investment were definitely the Sleepwalker insulated skirt - super convenient! I love it! and the big down expedition jacket RAB as my old one would not even have kept a Yeti warm...😛 and so many useflul pockets! The Cold Avenger face mask is another must-have (this one or another of course!). Ask Tyre Lady Ice how it saved her nose from frosbite!

      Melgeorges CP2
      TyreLady Ice and Todd at Surly CP3

      To be improved:

      I won't enter any other event without the following:

      1. Improved hydration system
      • Type of drink - I should have used herbal tea as I did on the Rovaniemi 300 - ginger/lemon, "after dinner", etc. with a pinch of salt and honey, as it seems to be what works best for me.
      • Added pockets on top front to place my small bottles making them more handy to grab 
      2. Clothing

      • Add a ski jacket for long events: warmer than a plain Gore-Tex, breathable and waterproof; it will allow me to change layers more easily depnding on the weather changes
      • Regarding shoes, I will not spray the protection coating so high on the gaiter to keep it more breathable vs completely waterproof to limit the risk of icing from inside out.
      • Over-mitts 

      3. Go green

      By this I mean: I need to be in total harmony and agreement with my personal environnement and values. Might sound a bit pompous or somewhat excessive. But it simply means I cannot lie to myself and have to be very cleared why I do things and how I want to do them. I have to be honest with myself! And often that's what we're afraid of.
      John Taylor finshing strong!

      Go Raw. Green. Authentic. My new mojo!  

      And don't take any of this too seriously 😝!

        Final word

        This whole adventure has been tremendously enriching. Especially on a human and personal level.
        • I met extraordinary people: kind, supportive, generous, funny, special, open-minded.
        • I stepped out of my non-sociable comfort zone and it's been quite a surprising experience
        • I dealt with my personal monsters and learned so much
        • I dared to speak up and open-up as I never did bedore - and was truly amazed at people's genuine support
        • I passed the finish line despite being withdrawn from the race - and it felt so good! as well than being there to cheer and congratulate the other runners!
        • Surly TeePee
        • I helped an other incredibly strong woman to avoid sever hypothermia and made a new friend. THIS is worth the joy!
        Dave, one of the best snowmobiler!

        So, my first AH was a DNF. But probably my best DNF ever! And I'll be back.
        A very warm thank you to Ken Krueger and all the volonteers who make this event possible. Fantastic job !


        En guise d'intro

        Bon. Si vous avez suivi rien qu'un minimum ma course, vous savez que j'ai dû abandonner. Après 75km. En raison de problèmes d'estomac. Immense déception. Immense frustration. La plus difficile décision prise ces derniers temps. La plus sage aussi. Mias j'ai aussi su rebondire et repartir pour faire la dernière section de la course et la finir bien que hors course. Malgré tout, j'ai terminé cette aventure américaine sur une note haute!

        C'est encore pénible pour moi d'en parler. Je n'ai pas franchement envie de tout relater en détails. Cependant, il y a toujours des leçons à retirer d'un DNF (did not finished) et beaucoup de choses à partager avec vous. Beaucoup de choses positives aussi pour lesquelles je suis très heureuse et qui méritent d'être dites. Je suis sûre que mes expériences bonnes et mauvaises peuvent profiter à d'autres fous d'ultra distance.Alors allons-y gaiement!

        Les moins

        Commençons par le plus dur. Qu'est-ce qui n'a pas été? Pourquoi n'ai-je pas réussi à donner le tour et à passer outre ces nausées qui m'ont finalement contrainte à l'abandon?

        Ce n'est pas une question de matos. Ni de températures. Encore moins le tracé.

        Non. L'estomac. Et l'état d'esprit.

        Histoire de ventre

        • J'avais pensé que c'était résolu. Eh oui. Ce problème d'estomac est récurrent chez moi depuis plusieurs années. J'y ai trouvé plein de raisons, plein de solutions. Micronutrition, nourriture en course, boissons diverses et variées. Durant ma dernière course arctique, il est survenu mais est passé relativement vite pour ne plus revenir durant les 3 jours suivants. J'ai pesné avoir trouvé ce qu'il fallait. Et suis partie sur la Arrowhead confiante que tout se passerait bien.
        • Je n'ai pas suffisamment entraîné mon estomac. Même sur les sorties longues, je n'ai jamais vraiment mangé et bu comme j'aurais dû le faire. Et comme ce problème ne survient qu'après 40-450km, il est difficile de savoir si j'ai suffisamment bu et mangé avant d'atteindre ce kilométrage. Mais ce ne sont que des excuses. Le fait est que je n'ai pas entraîné spécifiquement mon estomac. Et Dieu sait si je le sais! Je suis coach et ne cesse de le répéter aux personnes que je suis. Cela ne m'a pas empêché de ne pas le faire pour moi. Vous voyez? Vous avez tout intérêt à m'écouter et à faire ce que je dis...pas ce que je fais 😜😆
        • Repos. Un peu de soupe à Gateway CP1 (des gens tellement sympas là-bas! Accueil chaleurissime!). Me sentant finalement un peu mieux et avec les encouragements de Renata, Tyre Lady, des volontaires et de mon Marc à distance de la Suisse, je suis repartie. Je ne volais pas en rester là. Pas faire tout ça pour ça. Personne ne le voulait. Je suis repartie, et me sentais plus confiante, me disais que cette fois, j'étais repartie pour de bon... jusqu'au finish. Et non. A peine une heure plus tard, cela recommença. "Ralentis. Ralentis". Mais cela ne suffit pas. Finalement j'avançais tellement lentement que je n'arrivais pas à garder une température confortable. Il faisait moins 32°. Je savais que sans manger ni boire, cela devenait bête et dangereux. Mon estomac était irrité. Continuer ne ferait qu'aggraver les choses.


        Esprit contradictoire

        Voilà pour le ventre. A la tête maintenant. Car c'est le gros morceau! Jouant un rôle bien plus important que toute faute d'entraînement. :
        J'ai réalisé dès le départ que je n'étais pas en accord avec moi-même. Et mon corps n'a fait que l'exprimer tout haut. "Hips don't lie" selon les paroles de  Shakira 😜... Eh bien, pas que les hanches à mon avis...Le corps en général ne ment jamais.
        •  Mes chiennes me manquaient et je m'en voulais de ne pas faire cela avec elles, tant qu'elles ont la forme pour... (si vous avez des animaux...ou des enfants, vous comprendrez)
        • Je me suis déjà prouvée à maintes reprises que j'étais capable de faire des trucs de fous, difficiles, etc. Et tout d'un coup, je ne voyais pas l'intérêt d'une course avec des barrières horaires alors que j'aime tellement les expéditions en autonomie complète.
        • Mes gremlins ont pris le dessus et je leur ai laissé cotrôler mes pensées. Culpabilité, peurs de ne pas être ou faire assez, etc..m'ont fait oublié la joie et les raisons positives qui me font prendre le départ de telles courses. Et remonter l'échelle émotionnelle me demandais une énergie que je ne trouvais pas. Bref, je n'arrivais pas à changer mon état mental.
          Pour ceux d'entre vous qui connaîtraient Abraham-Hicks, une de leurs citations résume pafaitement la situation : "Comment se débarasser du doute? Avant de vous mettre à douter".

        Les plus

        Arrowhead est une course difficile. Les courses polaires le sont. De même pour mes expéditions en solo. Le bon côté de tout ça, c'est que j'étais bien prête et organisée pour celle-ci:

        • Je me sentais bien physiquement, entraînée et tout et tout - ah! tout ces kilomètres avec mon pneu!
        • Mon équipement était à 95% parfait pour moi
        • Côté chaussures, tellement agréable d'avoir les pieds bien au chaud et confortables - vraiment ravies de mes guêtres à coller FortyBelow!
        • Aucun problème mécanique: pieds, hanches, muscles, articulation, tout 100% nickel tip top! Vous me direz que je n'ai pas fait toute la distance. C'est juste. N'empêche que certains étaient déjà mal en point bien avant. Et quasi aucune courbature par la suite. Yes!
        • J'ai eu agréablement chaud dans mon sac de couchage lors de mon bivouac improvisé en attendant la motoneige. Pour diverses raisons, je suis restée 1h30 à moins 30°, avec vent et sans avoir mangé depuis des heures. Donc plutôt contente de mon ensemble "bivouac"!
        • Mon ensemble de gants a bien marché et m'a permis de garder mes doigts  bien au chaud même avec peu de réserves. Pour des challenges plus froids, j'ajouterai tout de même des sur-moufles.
        • J'avais noté sur chacun de mes dry-bags le contenu, rendant les choses bien plus simples à trouver avec la fatigue ou quand le temps est limité (en raison du froid...). 

        Et franchement, je n'aurais pas pu faire de meilleurs investissements que ma "jupe" doudoune  Sleepwalker - juste hyper pratique! Perso j'adore!,  la veste doudoune de chez RAB vu que mon ancienne n'aurait même plus tenu chaud à un Yeti...😛 toutes ces poches! Très très pratique! et le fameux masque anti-froid Cold Avenger face mask qui a mon avis est une pièce essentielle par ces températures (il existe d'autres marques sûrement!). Vous n'avez qu'à demander à Tyre Lady Ice comment cela lui a évité de sérieuses engelures de bout de nez!

        TyreLady Ice et Todd à Surly CP3

        A améliorer:

        Il est clair que je ne repars pas sans...:

        1. Hydratation améliorée
        • Type de boisson - mon erreur a été de ne pas utiliser les tisanes que j'ai prises sur la Rovaniemi 300 - gingembre/citron, "après-repas", etc. avec un peu de sel et du miel - vu que cela semblait me convenir très bien.
        • Des poches additionnelles sur le haut de mes couches intermédiaires afin de pouvoir y placer mes petites bouteilles et y accéder sans faire de gymnastique.
        2. Vêtements

        Melgeorges CP2
        • Prendre une veste de ski - plus chaude qu'une simple Gore-Tex, respirante et imperméable, me permettant de varier plus les couches en fonction des changements de météo
        • Par rapport à mes chaussures, je ne vais pas sprayer la couche de protection si haut afin de la garder plus respirante vs trop imperméable, limitant ainsi le phénomène de gel depuis l'intérieur.
        • Sur-moufles!
        3. Ecologie

        Par là j'entends l'écologie au sens "être en accord avec mon environnement et mes valeurs essentielles". Bref, être vraiment moi-même, purement et simplement. Authentique. Pas de faux-semblant, pas de mensonges à moi-même. Et souvent, c'est le plus difficile.
        John Taylor sur la dernière ligne droite!

        Authentique. Sans compromis. Ma nouvelle devise!  

        Et ne pas prendre tout ça trop au sérieux 😝!

        Note finale

        Toute cette aventure a été incroyablement enrichissante - sur le plan personnel et humain. Plus facile à dire avec le recul, je vous l'accorde!
        • J'ai fait la connaissance de gens vraiment extraordinaires: spontanés, accueillants, généreux, drôles, originaux, ouverts d'esprit et simplement gentils - et ça, c'est une énorme qualité! 
        • J'ai bousculé ma zone de comfort sociale habituelle et étonnament, l'expérience a été agréablement intéressante. Bon, je ne vais pas devenir ultra-sociable pour autant!
        • J'ai dû faire avec mes gremlins perso and en ai appris encore davantage
        • J'ai osé parlé et m'ouvrir de manière bien plus spontanée que d'habitude - et j'ai été totalement bluffée du retour incroyable reçu!
        • J'ai passé la ligne d'arrivée, bien que je sois hors course, et cela m'a fait un bien fou! de même que d'être là pour accueillir et féliciter les coureurs qui finissaient!
        • J'ai décidé d'arrêter la course pile là où se trouvait cette femme - dont je sais à présent que c'est une sacrée coureuse d'ultra!  et ai ainsi pu lui éviter une hypothermie grave en appelant les secours. Et j'ai gagné une nouvelle amie! Ca, ça vaut tout l'or du monde!
        Dave, un des meilleurs en motoneige!

        Mon premier AH a été un DNF. Mais certainement le meilleur DNF que j'aie jamais fait! Et je reviendrai.
        Un grand merci à Ken Krueger et à tous les bénévoles  pour leur engagement incroyable qui rend ce genre de challenge possible!

        Surly TeePee


          1. Great race report! It was wonderful to meet you and Renata. Let's have an adventure!!!

            1. Thank you Dusty! Hope to see you again on another crazy event!

          2. What a lovely and honest feedback Rachel, thank you for this posting,
            Rachel regarding shoes I see that you like the inov8 as it's your minimalist preference, and you glue the gaiters on , but do you think a ready made shoe like the Salomon ice something which looks like a gaiter running boot would make a difference? Back in 2011 I did the MDS and I had to stitck the gaiters around for the sands . Great feedback on the clothing too .

            1. Hi there, thank you! I guess I will do a specific post on gear, as many people ask me questions about that. For a start, here's the answer I gave to another runner last year:
              The black and orange you saw on the pictures are the 40 Below gaiters that I used on Rovaniemi 300. I glued them on my Inov8 XTalon 212 to keep my feet warm and protected from the snow throughout the 4 days. They worked wonders, my feet were really warm - but unglued on the last days because of the shoes being so flexible. On the 1st Rovaniemi 150, I had the same shoes with Sealskinz waterproof socks and basic gaiters. Good combination. But the snow was so deep that my feet got wet anyway and even though it's been ok for the 150, but I wouldn't have made it on the Rov300. Since I've run with Inov8 Arctic Claw (basic, not thermal) and my 40 Below gaiters and it seems to work better. I'll wear that on Arrowhead. These gaiters are great but too warm if the conditions are mild (minus 3-4). I think that on Rov150, you'll be fine with a good pair of waterproof socks and tight gaiters that really prevents the snow to come in from top. Remember to change your socks at least once to keep your feet warm and dry. For the shoes, go for those you feel more comforable in, with a good grip, good profile. I'm a minimalist runner and a huge Inov-8 fan (not sponsored though 😉 ) so I can't tell you much about Salomon or Hoka.
              Hope this is helpful!