Tuesday, 7 November 2017

Milwyn, a three-legged fairytale on resilience - un conte de fée à trois pattes

When the impossible occurs


Sunday. 3am. We are driving down the narrow and sinous mountain road to the valley. We don't speak much. Marc is highly focused on driving smoothly. I am holding little Milwyn on my knees, trying my best to keep her still and calm. She's badly injured. Her right front leg is lying useless and badly severed under her.  At that stage we still have no idea what happened. We barely try to stay focused and calm:
She will survive. She will survive. She will survive.
The vet is waiting for us. We managed to reach the emergency services in Sierre and the vet in charge told us to come as soon as possible. Yet, it's one hour and half of mountain roads to get there.
Milwyn is brave. She lies on my lap, keeping still. From time to time, she moves and as the pain strikes her, she meows desperately. It is heartbreaking. I know her leg is lost. Marc knows it too. We have one single wish: we want her to survive. I pray. I beg. I repeat on and on "please let her live. Please. Milwyn, be strong. You will make it. You can do it"

Where the accident happened
That night I made a promise. If Milwyn were to survive, I would held my word and do everything in my power to live up to that promise.

The whole story  

A living miracle


And she did survive. Yes! I have no word to describe of mixed feelings we had the next day: relief, deep joy, anger, shock, unfairness, bewilderment. Yes, deep joy: she was there, alive. She's been so close from death. We could have never seen her alive again! And now we were given another chance to see her, pet her, play with her, enjoy her company. It was not over. It was a miracle.

That night events shook us deeply. If we could never understand how and why such an atrocious act had been comitted, we could make something out of its consequences and turn its effects into something brighter. I don't know if there is any lesson at all to learn. But it showed us both that we probably had some old lingering fears that were preventing us from living to our full potential and that now, it was high time to face them, let them go and move on. We owed that to Milwyn.

Letting go of the "ugly duck" syndrome

One week after. Talking abour resilience?

As we watched and admired Milwyn's amazing capacity to recover, I too kept on with my promise and one by one I started to identify and face some of my deepest fears, some of them preventing me for ages to really do what I wanted and become the person I dreamt to be. Milwyn was learning everything anew, as when she was a kitten: how to walk, play, run, jump on three legs. Never once she complained when she didn't succeed on the first attempt. Never once she gave up because she felt diminished and weaker. She kept on until she was 100% fully recovered. She never looked back. And by now she most probably doesn't even remember her life on 4 legs. In any case, she's happy and enjoying every single moment of her life. No past unfairness  or misfortune counts or limits her. Life first.

I noticed as I move forward on my own journey, that it is our memories, our old beliefs, old fears that limit us the most. Or rather our need to keep them active, as if they could still serve us in some ways. As if we had to be faithful to them , couldn't forget or let them go by some kind of loyalty...after all are they not there to protect us from repeating unpleasant experiences? But.. is it really true? Isn't it just another of their trick to keep us feeling powerless, small, and insecure?
What if we actually no longer need them? What if it was high time to let go of that "ugly duck" syndrome and take a fresh start?
I don't think animals would recover as quickly as they do if there were overthinking as we human are. They are focused on survival and living. Let's be faire: our minds have amazing advantages. But when we get stuck in vicious circles of negative and limiting beliefs, it causes us more trouble and more suffering than needed.

The rise of the swan


What are your limiting beliefs? What fears keep you from truly becoming the adventurer, the artist, the entrepreneur? or from realising that amazing and unique project you keep in the back of your head? What would you rather focus on rather than telling the same story again and again? You don't have to wait for a terrible event to happen to you or a dear one to shake yourself up and start that move towards living your life to its highest potential. Go on. Start now. Step by step. Don't postpone it any longer. Yes, it is scary. Yes, you might trip, even fall. And so what? If you don't, you might never know the amazing things that were waiting for you just beyond... I believe that life is what we make of it.I want mine to be a fairytale...or rather the tale of a White Witch 😉

Milwyn never doubted that she would recover. She trusted herself and her abilities. And she made it. That's the biggest lesson she helped me understand:

Never doubt the good outcome. Keep going. And trust your ability to succeed.

Life is too bright to be locked in the dark

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Quand survient l'impossible.


Une nuit de juillet. 3 heures du matin. Nous circulons sur la petite route de montagne qui conduit dans la vallée à 25 kilomètres de là. Nous parlons peu. Marc est super concentré sur la route et tente de conduire aussi délicatement que possible. Je tiens Milwyn sur mes genoux, faisant du mieux pour la maintenir immobile et tranquille. Elle est très vilainement blessée. Sa patte avant-droit pend lammentablement sous elle, méchamment sectionnée. A ce stade, nous ignorons encore ce qui a bien pu se passer. La seule chose qui compte est de descendre en plaine, rester calme, l'amener chez le véterinaire en urgence.
Elle va survivre. Elle va survivre. Elle va survivre.
Le vétérinaire de garde nous attend. Nous avons réussi à contacter la permanence de garde de Sierre et il nous recevra dès notre arrivée. Encore une heure et demi de route à ce rythme...
Milwyn est incroyablement courageuse. Elle est étendue sur mes genoux, calme. Tant qu'elle ne bouge pas, elle ne semble pas trop souffrir. Mais au moindre mouvement, elle s'agite, griffe et miaule de douleur. C'est horrible... Je sais que sa patte est fichue. Marc aussi. Elle aussi. Nous n'avons qu'un seul souhait: qu'elle vive. Je prie, supplie, et répète en boucle "s'il vous plaît, s'il vous plaît, faites qu'elle vive, laissez la vivre. Milwyn, tu vas t'en sortir, tiens le coup, tu es forte, si forte".


Where the accident happened
Cette nuit-là, je fis une promesse. Si Milwyn s'en sortait, alors je ferais tout pour la tenir et jamais jamais ne la trahirais.

Toute l'histoire de notre Milwyn  


Un vrai miracle


Et elle a survécu. Pffff!!! L'émotion a été tellement forte qu'il est difficile de trouver les mots pour décrire tous les sentiments qui nous ont assaillis au cours de ces longues heures: colère, incompréhension, désespoir, choc, et puis joie, soulagement, chagrin aussi. Mais le plus fort a été cette joie immense de se dire que tout n'était pas fini, pas si brusquement; oui, elle a passé tout prêt de la mort...mais elle est en vie! Les chats ont peut-être bien neuf vies... En tous cas, on nous donnait une 2ème chance d'être ensemble, de jouer avec elle, de la chouchouter, de la voir vivre. Ce n'était pas fini. Magnifique.

Les événements de cette nuit-là nous ont profondément bousculés. Si nous ne pourrons jamais comprendre pourquoi ni comment un tel acte de sadisme a été commis, ni l'excuser, nous pouvons surmonter colère et envie de vengeance pour les transmuter en quelque chose de bien plus positif, de bien plus fort. Il m'est difficile de dire quelles ont été les leçons tirées de ce triste accident. Tout ce que je sais, c'est que cela nous a démontré à Marc et moi que nous avions de vieilles peurs qui traînaient et nous empêchaient d'aller de l'avant, pleinement. De vivre notre vie à son plein potentiel. Le moment était venu de leur faire face, de les laisser partir et avancer. C'était le mieux que nous pouvions faire: ne pas se laisser ronger par la colère, la tristesse et choisir de vivre, avancer et ne pas laisser la peur gagner. Pour Milwyn. Nous lui devons bien ça.


Le syndrome du "Vilain Petit Canard"

One week after. Talking abour resilience?

A fur et à mesure que nous regardions Milwyn se remettre de ce terrible accident à son rythme, avec cette incroyable capacité à guérir et cicatriser les blessures, je tenais ma promesse et commençais à identifier et à affronter quelques-unes de mes peurs les plus profondes et les plus anciennes - certaines me "pourrissaient" vraiment la vie depuis si longtemps! et m'empêchaient de vivre à 100%, de devenir celle que je rêvais d'être. Milwyn a tout réappris, depuis le début: comment se déplacer, marcher, courir, grimper avec 3 pattes. Jamais je ne l'ai vu dépitée ou baisser les bras quand elle n'y arrivait pas du premier coup. Jamais elle n'a abandonné parce qu'elle se sentait diminuée ou plus faible qu'avant. Elle a persévéré sans stress jusqu'à redevenir à 100% autonomne. Jamais elle n'a regardé en arrière. Et certainement qu'aujourd'hui elle ne se souvient même plus de sa vie à 4 pattes. De toute manière, elle s'en fiche: elle s'amuse, joue avec ses copains chats et chiens comme avant, chasse, grimpe et ronronne comme jamais! Aucun regret, aucune injustice commise ou malchance ne compte pour elle ni ne la limitera. La vie avant tout.


Finalement ce sont nos mémoires, mauvais souvenirs et autres vieilles croyances qui nous bloquent le plus. Ou plutôt notre besoin de les garder actuels, bien vivants, bien présents, comme s'ils pouvaient nous servir quand même d'une manière ou une autre. De peur d'oublier? Pour ne pas répéter la même erreur? Mais est-ce vraiment le cas? Est-ce vraiment bien utile? Peut-être n'est-ce qu'un leurre pour éviter que l'on devienne indépendants, libres, heureux!
Et si en fait, nous n'en avions plus besoin? Et s'il était grand temps de laisser toutes ces souffrances, mauvais souvenirs et autres peurs derrière soi, de voir ce syndrome du "vilain petit canard" pour ce qu'il est et choisir de prendre un nouveau départ?
Je pense que les animaux ont cette chance immense de ne pas ruminer de vieilles pensées et c'est ce qui leur permet de se remettre si vite ou d'accepter quand ils ne le peuvent pas...Leur survie en dépend. Vivre et survivre. Soyons clairs: notre cerveau ultra pensant et performant a des avantages certains; c'est quand il se prend dans le cercle vicieux des pensées négatives et limitantes qu'il nous handicape et nous cause plus de tort que nécessaire.


L'envol du cygne


Quelles sont vos croyances limitantes? Quelles peurs vous empêchent de devenir l'aventurier, l'artiste, l'entrepreneur que vous rêvez d'être? Ou de réaliser ce projet fantastique que vous gardez bien à l'abri dans un coin de votre tête? Quelle histoire aimeriez-vous raconter, là tout de suite si vous vous en laissiez la liberté? Nul besoin d'attendre qu'un terrible événement arrive à vous ou à l'un de vos proches pour vous secouez un brin et démarrez "ce truc" dont vous rêvez depuis si longtemps et faire le premier pas pour vivre une vie à haut potentiel! Allez-y. Croyez-y. Pas à pas. N'attendez pas plus. Oui, c'est flippant. Oui, vous risquez de trébucher voire de tomber. Et puis? Si vous n'essayez pas, jamais vous n'apprendrez à marcher... peut-être que jamais vous ne découvrirez les magnifiques trésors qui se cachent juste là..  Je crois que la vie est ce qu'on choisit d'en faire. Je veux faire de ma vie un conte de fées.. enfin plutôt un conte de bonne sorcière 😉

Milwyn n'a jamais douté qu'elle guérirait totalement. Elle s'est fait totalement confiance. Et elle a guérit. Incroyablement vite. C'est la plus belle leçon qu'elle m'ait apprise:

Ne doute jamais. Continue d'y croire. And aies une confiance totale en ta capacité à réussir. 


La vie est trop lumineuse pour rester dans le noir.






No comments:

Post a Comment