The cairns as a metaphor - La métaphore du cairn

Following the path


When I was on the Nordkalottleden, this 800 kilometers long trail in North Scandinavia, a thought hit me on "following the path", how it was defined and what it meant, literally and figuratively

On many sections, the only indication I had to know where the path was and which correct tracks to follow were little piles of stones called "cairns". There are very frequently used in the mountains and any other areas where the are no trees or no other convenient means to mark the trail. When you are on the right path, it is easy to spot them one after the other as you go along the track. But when you step out of their alignment, you can easily loose track of them  and it gets really hard to figure out where the next litle pile of stones stands... for it suddently looks very similar to all the other stones around! Same is if you try and figure out where ALL the following cairns are as 1) it is impossible to see that far and 2) you won't even be able to distinguish a piles of stones from a cairn from the current vantage point.
And you don't need to. Because as you move along the path, the cairns will show up one by one, one after the other, naturally, easily, with only very effort from your side to spot them out and keep moving.

Yet one day I got lost. I was a bit behind my schedule as we had been delayed by so many river and swamps crossings and I really wanted to make it on time to our next supply point. So I started looking for cairns and paths indications well ahead in a poor attempt of taking shortcuts or finding a faster way to my destination. I remember that, that day, I kept on losing the track, feeling unsure of where to go next, losing time to check and readjust my itinerary; even the dogs were going all over the place, up and down the hills instead of leading the way as they usually did. After some long hours of struggling, I decided to stop and have a snack while the dogs could rest. I calmed down and refocused. I checked  the map, identified a few important places we were to walk by before reaching our daily destination. Then we set off refreshed and this time I trusted the way shown by the cairns one by one. Step by step. We went by the lakes and Saami camps I had identified, and finally reached the place I had spot out for that night camp.

We got there. Late and pretty tired. Because I had wanted to go faster. Because I had wanted to lead the way and make sure we would get there on time. I had wanted to keep control. Our of fear of being late.

Fear versus Flow


The other day, a completely different experience reminded me of that reflection. See, you acted out of fear of losing control and of not doing enough and it came back in full force. Willing to "make sure that".
When you think of it, how many time do we do things "to make sure that", "not to be told that", or "because if we don't, we will lose it"? How many times do we do things out fear and not out of flow?
What is the motivation behind our actions? Fun or fear?
When we do that extra training session 3 days before a major sport event, is it to calm a lingering stress/fear/anxiety? Or purely for the good feeling it provides? Does it contribute to feel reassured, to make sure we are not going to lose all our training, that we are in good shape enough, etc. Or do we do it for the pleasure to move our body, because it feels good to go for a fun run and feel the stamina rushing through our veins, the joints and muscles loosen up, feel the fresh air on our skin..? The state of mind behind is completely different and so will be the results of the action.

Or did you ever felt trapped as you were precisely trying hard to find the right solution to an issue? or completely lost and struggling to figure what next step to take to get to where you wanted to go? Trying hard to figure how to handle and gathered all the scattered pieces of the puzzle when none of them seem to make sense? Pushing hard to get results, to makes it work, in a desperate attempt to see the end of the tunnel?

"There is no happy ending to an unhappy journey" Abraham Hicks


Did you notice that when eventually completely hopeless and wrecked, there is no other option than to give in, to surrender completely, there it comes: the solution suddenly appears out of nowhere. The path lights up; it is there, right under our eyes, clear and easy to follow - even if at times it's rough and takes us through rugged terrain...

I believe this is valid for just every single action in our life! Is it backed up with fear - fear of disappointing someone, of not being loved or appreciated, of being alone, of losing control, of  not doing enough, of not meeting some set-up standards, etc.? Or is it an inspired action motivated by fun and done using the natural flow of life? Feel of how much lighter and different it is to go for a training in the small hours of the day because your are driven to do it by a greater and positive goal than if you do it because you must, because if you don't, you fail your goal. How does it feel to be playful about finding the next cairn and joyfully reaching it, and the next, and the next... and playing with the whole thing, not taking yourself too seriously, while being certain that the path will lead you to your goal in a fun and exhilarating way! - rather than struggling all the way as your goal seems so far and unreachable?

It's about following your path one pile of stones after the other. Building your successful story on step after the other. Playing along the way as kids on their way from school. Appreciating the flow of things and not forcing them to be as you want them to be.

Success vs failure. Fun vs obligation. Flow vs fear.

I don't know what you think, but from now on, I choose Appreciation, Flow & Fun and let's see where it will take me. Fancy joining me? 😉


Suivre le chemin

Alors que je parcourais le Nordkalottleden, cet itinéraire de 800 kilomètres dans le nord de la Scandinavie, je me suis faite la réflexion suivante sur le fait de "suivre le chemin", de ce que cela signifiait et représentait, au propre comme au figuré. 
Durant de longues sections, la seule indication que j'avais pour savoir si j'étais ou non sur la bonne route, étaient les petites piles de cailloux, appelée "cairns". Très couramment utilisées en montagne et dans les zones où il n'y a pas d'autres moyens simples de baliser un itinéraire. Quand on se trouve sur la bonne trace, les cairns sont aisément repérables, l'un après l'autre, et montre le passage praticable dans les portions les plus escarpées, pour finalement amener le randonneur à bon port. Mais, si l'on s'écarte de leur axe, il devient très difficile de les distinguer des autres amas de pierres. Comme il est très fastidieux voire impossible de les repérer trop à l'avance. Il est vrai qu'il est inutile et impossible de repérer tous les cairns avant de s'engager dans le chemin. D'où on se trouve, seuls quelqu'uns sont visibles, les autres se montreront au fur et à mesure que nous avançons.
  
Un jour pourtant, je nous ai "perdus". Un peu plus pressée que les autres jours car nous avions pris du retard sur le "programme" en raison des multiples passages de rivières et le terrain très humide qui ralentissaient la progression, je voulais ablsoument arriver à temps au prochain point de ravitaillement et voulu gagner du temps sur l'étape du jour. Dans une malheureuse tentative de trouver des raccourci ou un itinéraire un peu plus court, je tentais de trouver les cairns et autres indications bien plus loin. Je me souviens que, ce jour-là, je nous ai promen un peu partout, ai constamment perdu la bonne trace et nous ai beaucoup compliqué la vie. Même les chiennes, qui généralement m'indiquaient le bon itinéraire à suivre, couraient dans tous les sens, pas du tout à leur affaire. Finalement, fatiguée et énervée, après plusieurs heures de galère, j'ai décidé de faire une pause pour manger et nous reposer un peu. Calmée, rassasiée, j'ai repris la carte, ai repéré plusieurs points que nous devions absolument passés, et me suis reconcentrée sur l'objectif du jour. Nous sommes reparties ensuite, revigorées, et cette fois, je suivi et jaugeai les traces et indications qui se présentaient à moi tour à tour, une après l'autre. Nous avons passé les lacs et camps Saami repérés et sommes finalement arrivées au lieu repéré pour le bivouac du soir sans encombre... mais fatiguées et sans avance!

Par Peur ou par Passion?


Récemment, un incident totalement différent me rappela cette refléxion. "Tu vois, agir par peur de perdre le contrôle et de ne pas en avoir fait assez nous revient toujours contre!"  Willing to "make sure that". Quand on y pense, combien de fois agit-on par "peur de", pour "être sûr(e) que", pour "qu'on ne puisse pas dire ou penser que", etc? Combien de fois fait-on les choses par peur plutôt que par plaisir? Quelle est la véritable motivation derrière nos actions? La peur, la force, le contrôle? Ou la souplesse, le plaisir, la légerté?
Qu'est-ce qui nous pousse à faire cette énième session d'entraînement trois jours avant un événement sportif majeur? Le besoin de se rassurer et de calmer ce dérangeant sentiement de stress, d'aprhéension, d'insécurité en nous prouvant qu'on est bel et bien en forme, qu'on s'est suffisamment préparé, etc. Ou suit-on l'appel de notre corps de bouge, pour le bien-être et la détente que cela procure, pour sentir l'air frais sur notre peau, pour le plaisir de courir? L'état d'esprit derrière cette même action diverge totalement et conduira à des effets diamètralement opposés.

Ou cela vous est-il déjà arrivé de vous sentir totalement bloqué(e) dans une situation qui semble inextricable alors que vous travaillez (ou avez travaillé) tellement dur à trouver la meilleure solution pour vous en sortir? Ou complétement perdu(e) face à une décision à prendre sans parvenir à trouver un quelconque indice pour vous aider à vous diriger dans la direction souhaitée? Essayer de rassembler et de faire tenir entre elles toutes les pièces du puzzle alors qu'elles semblent n'avoir aucun sens? Vous donnez tant de peine pour obtenir des résultats, pour y arriver, pour que cela fonctionne, pour vous en sortir? 

"Il n'y a pas de dénouemment heureux à une histoire triste" Abraham Hicks


Peut-être avez-vous remarqué que, au moment où tout semble totalement bloqué et perdu, que vous êtes épuisés et désespérés, qu'il ne reste plus rien à faire que de "laisser tomber", la voilà qui arrive: la solution, la piste, l'indication tant cherchée qui semble sortir de nulle part, et se présenter là devant vous, indiquant clairement un chemin à suivre, même s'il semble un peu rocailleux et vous emmène en terrain inconnu...

Je crois que ceci est applicable à tout ce qui se présente dans notre vie! C'est ce qui sous-tend toutes nos pensées, actions et décisions. Sommes-nous motivé(e)s par la peur - de décevoir, de ne pas être aimé(e)s, de nous retrouver seul(e)s, de ne pas réussir, du jugement, de perdre contrôle, etc. Ou sommes-nous inspiré(e)s par quelque chose de plus grand comme le plaisir, la joie, la satisfaction, la passion?
Ressentez comme se pousser à aller se lever pour s'entraîner aux aurores peut être pesant, déprimant et peu attractif si vous le faites par obligation, alors que la même action mue par un objectif plus grand qui rend heureux devient soudainement originale, facile, voire drôle!
Il y a de la légerté et de la curiosité à sauter de cairn en cairn, à chercher où se trouve le suivant, à le découvrir parmi les amas avoisinants, et puis le suivant, et encore un autre... et de jouer avec le tout, sans trop se prendre au sérieux, sachant qu'à chaque cairn trouvé et dépassé, on se rapproche du but recherché, en s'amusant. N'est-ce pas plus satisfaisant que de chercher à vouloir contrôler d'avance où passera le chemin, à tenter de l'appréhender dans sa totalité et finir épuiser tant le but paraît loin et inatteignable d'où l'on se trouve?

Suivre le chemin un cairn après l'autre. Construire son succès pierre après pierre, pas à pas. Rester joueur et curieux tout au long du chemin comme les enfants sur le chemin de l'école. Suivre le courant et admirer comme tout s'enchaîne si parfaitement plutôt que de chercher à forcer, à façonner ce qui ne peut l'être.

Succès ou échec. Plaisir ou obligation. Passion ou peur.

Je ne sais pas vous, mais j'ai une furieuse envie de prendre l'embranchemt Inspiration, Passion et Joie de vivre et de voir où cela me conduira! Et vous? 😉





Comments

Popular Posts