Monday, 30 October 2017

The Striders - video presentation

The charities we support - les associations que nous soutenons 

Important note: Any benefits made from our next expeditions as a team or one of Rachel's arctic races are donated to the following assiociations:

Tous bénéfices retirés de nos expéditions et voyages en tant que team ou suite aux courses arctiques de Rachel seront dès 2018 reversés à:

Le refuge Darwyn 
a horse shelter based in Switzerland - to support their fantastic actions to help and rescue abandoned or abused equines. Ce refug est connu pour ses magnifiques actions pour les chevaux abandonnés, ou maltraités.

SOS Polar Dogs a shelter for huskies based in Payerne, Switzerland - as we have become particularly concerned by the condition of polar dogs in our society. Un refuge spécialisé dans les chiens polaires -  c'est une cause qui nous touchent particulièrement. 

It is easy to support us - Nous soutenir? C'est facile!

via the following Paypal link - en utilisant le lien Paypal

by making a direct payment on ther expedition account:
en faisant un versement sur le compte d'expédition: 

Marc Bandieri et Rachel Frei Bandieri,
Chemin de la Verrière 16,
CH- 1149 Berolle
IBAN : CH92 8048 5000 0020 9136 8

Banque Raffeisen de Gimel
Agence Gland,
Avenue du Mont-Blanc 4
1196 Gland

Or contact us! Ou contactez-nous directement!

I guarantee that any money paid to me will only go for the arctic events and expeditions as The Striders mentioned in this blog. Any surplus is donated to the above mentioned charities. 

Je me porte garante que toute somme versée ira uniquement pour les courses arctiques et expéditions en tant que Striders mentionées dans ce blog. Tout excédent sera reversé aux associations mentionnées plus haut.

Sunday, 29 October 2017

The cairns as a metaphor - La métaphore du cairn

Following the path

When I was on the Nordkalottleden, this 800 kilometers long trail in North Scandinavia, a thought hit me on "following the path", how it was defined and what it meant, literally and figuratively

On many sections, the only indication I had to know where the path was and which correct tracks to follow were little piles of stones called "cairns". There are very frequently used in the mountains and any other areas where the are no trees or no other convenient means to mark the trail. When you are on the right path, it is easy to spot them one after the other as you go along the track. But when you step out of their alignment, you can easily loose track of them  and it gets really hard to figure out where the next litle pile of stones stands... for it suddently looks very similar to all the other stones around! Same is if you try and figure out where ALL the following cairns are as 1) it is impossible to see that far and 2) you won't even be able to distinguish a piles of stones from a cairn from the current vantage point.
And you don't need to. Because as you move along the path, the cairns will show up one by one, one after the other, naturally, easily, with only very effort from your side to spot them out and keep moving.

Yet one day I got lost. I was a bit behind my schedule as we had been delayed by so many river and swamps crossings and I really wanted to make it on time to our next supply point. So I started looking for cairns and paths indications well ahead in a poor attempt of taking shortcuts or finding a faster way to my destination. I remember that, that day, I kept on losing the track, feeling unsure of where to go next, losing time to check and readjust my itinerary; even the dogs were going all over the place, up and down the hills instead of leading the way as they usually did. After some long hours of struggling, I decided to stop and have a snack while the dogs could rest. I calmed down and refocused. I checked  the map, identified a few important places we were to walk by before reaching our daily destination. Then we set off refreshed and this time I trusted the way shown by the cairns one by one. Step by step. We went by the lakes and Saami camps I had identified, and finally reached the place I had spot out for that night camp.

We got there. Late and pretty tired. Because I had wanted to go faster. Because I had wanted to lead the way and make sure we would get there on time. I had wanted to keep control. Our of fear of being late.

Fear versus Flow

The other day, a completely different experience reminded me of that reflection. See, you acted out of fear of losing control and of not doing enough and it came back in full force. Willing to "make sure that".
When you think of it, how many time do we do things "to make sure that", "not to be told that", or "because if we don't, we will lose it"? How many times do we do things out fear and not out of flow?
What is the motivation behind our actions? Fun or fear?
When we do that extra training session 3 days before a major sport event, is it to calm a lingering stress/fear/anxiety? Or purely for the good feeling it provides? Does it contribute to feel reassured, to make sure we are not going to lose all our training, that we are in good shape enough, etc. Or do we do it for the pleasure to move our body, because it feels good to go for a fun run and feel the stamina rushing through our veins, the joints and muscles loosen up, feel the fresh air on our skin..? The state of mind behind is completely different and so will be the results of the action.

Or did you ever felt trapped as you were precisely trying hard to find the right solution to an issue? or completely lost and struggling to figure what next step to take to get to where you wanted to go? Trying hard to figure how to handle and gathered all the scattered pieces of the puzzle when none of them seem to make sense? Pushing hard to get results, to makes it work, in a desperate attempt to see the end of the tunnel?

"There is no happy ending to an unhappy journey" Abraham Hicks

Did you notice that when eventually completely hopeless and wrecked, there is no other option than to give in, to surrender completely, there it comes: the solution suddenly appears out of nowhere. The path lights up; it is there, right under our eyes, clear and easy to follow - even if at times it's rough and takes us through rugged terrain...

I believe this is valid for just every single action in our life! Is it backed up with fear - fear of disappointing someone, of not being loved or appreciated, of being alone, of losing control, of  not doing enough, of not meeting some set-up standards, etc.? Or is it an inspired action motivated by fun and done using the natural flow of life? Feel of how much lighter and different it is to go for a training in the small hours of the day because your are driven to do it by a greater and positive goal than if you do it because you must, because if you don't, you fail your goal. How does it feel to be playful about finding the next cairn and joyfully reaching it, and the next, and the next... and playing with the whole thing, not taking yourself too seriously, while being certain that the path will lead you to your goal in a fun and exhilarating way! - rather than struggling all the way as your goal seems so far and unreachable?

It's about following your path one pile of stones after the other. Building your successful story on step after the other. Playing along the way as kids on their way from school. Appreciating the flow of things and not forcing them to be as you want them to be.

Success vs failure. Fun vs obligation. Flow vs fear.

I don't know what you think, but from now on, I choose Appreciation, Flow & Fun and let's see where it will take me. Fancy joining me? 😉

Suivre le chemin

Alors que je parcourais le Nordkalottleden, cet itinéraire de 800 kilomètres dans le nord de la Scandinavie, je me suis faite la réflexion suivante sur le fait de "suivre le chemin", de ce que cela signifiait et représentait, au propre comme au figuré. 
Durant de longues sections, la seule indication que j'avais pour savoir si j'étais ou non sur la bonne route, étaient les petites piles de cailloux, appelée "cairns". Très couramment utilisées en montagne et dans les zones où il n'y a pas d'autres moyens simples de baliser un itinéraire. Quand on se trouve sur la bonne trace, les cairns sont aisément repérables, l'un après l'autre, et montre le passage praticable dans les portions les plus escarpées, pour finalement amener le randonneur à bon port. Mais, si l'on s'écarte de leur axe, il devient très difficile de les distinguer des autres amas de pierres. Comme il est très fastidieux voire impossible de les repérer trop à l'avance. Il est vrai qu'il est inutile et impossible de repérer tous les cairns avant de s'engager dans le chemin. D'où on se trouve, seuls quelqu'uns sont visibles, les autres se montreront au fur et à mesure que nous avançons.
Un jour pourtant, je nous ai "perdus". Un peu plus pressée que les autres jours car nous avions pris du retard sur le "programme" en raison des multiples passages de rivières et le terrain très humide qui ralentissaient la progression, je voulais ablsoument arriver à temps au prochain point de ravitaillement et voulu gagner du temps sur l'étape du jour. Dans une malheureuse tentative de trouver des raccourci ou un itinéraire un peu plus court, je tentais de trouver les cairns et autres indications bien plus loin. Je me souviens que, ce jour-là, je nous ai promen un peu partout, ai constamment perdu la bonne trace et nous ai beaucoup compliqué la vie. Même les chiennes, qui généralement m'indiquaient le bon itinéraire à suivre, couraient dans tous les sens, pas du tout à leur affaire. Finalement, fatiguée et énervée, après plusieurs heures de galère, j'ai décidé de faire une pause pour manger et nous reposer un peu. Calmée, rassasiée, j'ai repris la carte, ai repéré plusieurs points que nous devions absolument passés, et me suis reconcentrée sur l'objectif du jour. Nous sommes reparties ensuite, revigorées, et cette fois, je suivi et jaugeai les traces et indications qui se présentaient à moi tour à tour, une après l'autre. Nous avons passé les lacs et camps Saami repérés et sommes finalement arrivées au lieu repéré pour le bivouac du soir sans encombre... mais fatiguées et sans avance!

Par Peur ou par Passion?

Récemment, un incident totalement différent me rappela cette refléxion. "Tu vois, agir par peur de perdre le contrôle et de ne pas en avoir fait assez nous revient toujours contre!"  Willing to "make sure that". Quand on y pense, combien de fois agit-on par "peur de", pour "être sûr(e) que", pour "qu'on ne puisse pas dire ou penser que", etc? Combien de fois fait-on les choses par peur plutôt que par plaisir? Quelle est la véritable motivation derrière nos actions? La peur, la force, le contrôle? Ou la souplesse, le plaisir, la légerté?
Qu'est-ce qui nous pousse à faire cette énième session d'entraînement trois jours avant un événement sportif majeur? Le besoin de se rassurer et de calmer ce dérangeant sentiement de stress, d'aprhéension, d'insécurité en nous prouvant qu'on est bel et bien en forme, qu'on s'est suffisamment préparé, etc. Ou suit-on l'appel de notre corps de bouge, pour le bien-être et la détente que cela procure, pour sentir l'air frais sur notre peau, pour le plaisir de courir? L'état d'esprit derrière cette même action diverge totalement et conduira à des effets diamètralement opposés.

Ou cela vous est-il déjà arrivé de vous sentir totalement bloqué(e) dans une situation qui semble inextricable alors que vous travaillez (ou avez travaillé) tellement dur à trouver la meilleure solution pour vous en sortir? Ou complétement perdu(e) face à une décision à prendre sans parvenir à trouver un quelconque indice pour vous aider à vous diriger dans la direction souhaitée? Essayer de rassembler et de faire tenir entre elles toutes les pièces du puzzle alors qu'elles semblent n'avoir aucun sens? Vous donnez tant de peine pour obtenir des résultats, pour y arriver, pour que cela fonctionne, pour vous en sortir? 

"Il n'y a pas de dénouemment heureux à une histoire triste" Abraham Hicks

Peut-être avez-vous remarqué que, au moment où tout semble totalement bloqué et perdu, que vous êtes épuisés et désespérés, qu'il ne reste plus rien à faire que de "laisser tomber", la voilà qui arrive: la solution, la piste, l'indication tant cherchée qui semble sortir de nulle part, et se présenter là devant vous, indiquant clairement un chemin à suivre, même s'il semble un peu rocailleux et vous emmène en terrain inconnu...

Je crois que ceci est applicable à tout ce qui se présente dans notre vie! C'est ce qui sous-tend toutes nos pensées, actions et décisions. Sommes-nous motivé(e)s par la peur - de décevoir, de ne pas être aimé(e)s, de nous retrouver seul(e)s, de ne pas réussir, du jugement, de perdre contrôle, etc. Ou sommes-nous inspiré(e)s par quelque chose de plus grand comme le plaisir, la joie, la satisfaction, la passion?
Ressentez comme se pousser à aller se lever pour s'entraîner aux aurores peut être pesant, déprimant et peu attractif si vous le faites par obligation, alors que la même action mue par un objectif plus grand qui rend heureux devient soudainement originale, facile, voire drôle!
Il y a de la légerté et de la curiosité à sauter de cairn en cairn, à chercher où se trouve le suivant, à le découvrir parmi les amas avoisinants, et puis le suivant, et encore un autre... et de jouer avec le tout, sans trop se prendre au sérieux, sachant qu'à chaque cairn trouvé et dépassé, on se rapproche du but recherché, en s'amusant. N'est-ce pas plus satisfaisant que de chercher à vouloir contrôler d'avance où passera le chemin, à tenter de l'appréhender dans sa totalité et finir épuiser tant le but paraît loin et inatteignable d'où l'on se trouve?

Suivre le chemin un cairn après l'autre. Construire son succès pierre après pierre, pas à pas. Rester joueur et curieux tout au long du chemin comme les enfants sur le chemin de l'école. Suivre le courant et admirer comme tout s'enchaîne si parfaitement plutôt que de chercher à forcer, à façonner ce qui ne peut l'être.

Succès ou échec. Plaisir ou obligation. Passion ou peur.

Je ne sais pas vous, mais j'ai une furieuse envie de prendre l'embranchemt Inspiration, Passion et Joie de vivre et de voir où cela me conduira! Et vous? 😉

Thursday, 12 October 2017

Tyre workshop / Préparez votre pneu!

A short video on how to prepare a tyre to drag. It's one way among the various options possible that I find easy and fairly simple to do.  

Have fun! And let me know how your training goes 😉

Une petite vidéo démontrant comment préparer votre pneu à tirer. Une manière parmi d'autres que je trouve simple et rapide.

Bon entraînement! Et faites-moi part de vos expériences de l'entraînement à pneu 😉

Monday, 2 October 2017

Ready to take it further? Listen to your body and trust it!

Votre corps est magnifique! Faites-lui confiance!

Français ci-après

I didn't really plan to cover this specific topic in this blog. But recent events made me realised how I really had to do something, to speak about it loud and write. I now believe that my own personal experience in this field can actually make a difference and bring some further awareness on the matter:

The relationship that people, especially women, have with themselves and their body. 

Let me explain:
Last week-end I took part in a very interesting two-day training on "sensitive geobiology", or how to use one's body to feel one's environment (home, office, or any other premisses and places) and find any geobiological issues that might be unhealthy for any living creatures and how to correct them. Very roughly said, geobiology is the study and correction of the Earth's localised disturbances to make them compatible with life. The whole point of it being to create pleasant and healthy living spaces. Specialists would probably protest that it is far more to it than this incomplete description, and I agree, but you get the rough meaning of it, which is sufficient for the purpose of that post.

So I spent two fantastic days with a joyful bunch of 5 other women - men being brilliantly absent! (probably for their own sake!), learning and going in depth about geobiolgy, and what amazing tools our body offers in this area, how to feel, develop and use them, etc. We practiced a lot, worked on architectural plans and went outside to explore some sacred sites to feel the energy field there and their potential. All the tools highlighted over the various exercises brought more and more awareness on the amazing potential of our body sensitivity. I won't go any further here on the spiritual and psychic aspects nor on the incredible power of the mind and spirit. Let's remain down to earth and focus on the body and the informations it is able to receive and translate to our conscious mind.

It was amazing to see the great variety of means each and one of us in the group could develop to be more receptive and more attuned to our surroundings and their vibrations.  And for each and one of us, the body had different ways to communicate and make sure we understand the message, the information.

The emphasis was also made on treating our surroundings and any positive or negative information received with love and respect, like we would with a dear friend. You could tell that everyone was acting with a deep sense of kindness and was really connecting to the need of the environment.

Yet... anytime we stopped for a break or lunch... I was amazed how these women, who were so intuitive and kind during the class, ill-treated themselves and especially their body... Not that there were any real physical mistreatment. But by the number of negative thoughts and comments towards themselves, their body and the food they eat! Some were said on a light tone, others were intended to be as a joke, some were said on a more serious and desperate tone. But I could deeply feel that there was a real overwhelment, hopelessness and powerlessness regarding their body image, weight, and other health issues. Each of these comments, words, thoughts were like arrows that they unsconsciously shot at themsleves... For women in an advanced self-development training course who were showing such ability and skills to hear and use their body messages, it felt really off to me. And sad.

Why do we women have to blame ourselves and feel so powerless when it comes to our body?

I know there are thousand of potential answers to that question. Fine. But why do we keep on and on? When I ask that question, the first answer I usually get is "you cannot understand. You're lucky. You can't complain about your shape or weight, you simply cannot understand". Well, this is far from the truth. I've come a long way. My path to kindness and love towards my body was a very long and rough one. I've been extremely mean to myself and caused a lot of damage to my body. Looking back, it seems so incomprehensible how one can be so mean and harsh on oneself! Yet my body is amazing: it heals so quickly, never let me down, kept on going despite all the mistreatment knowning I would finally get it. So yes, I understand all too well. I've been there. And still making progress. And this is why I want to empower women to more unconditional trust and love in and for their body.

Would you do treat your best friend or your dear ones the same way? Would you tell or think such awful and judgemental thoughts about somebody who is always here for you, at any time, under any circumstances and that will never ever let you down? Would you be so demanding and merciless with somebody deeply hurt and sad? Or would you instead love them more, care for them more, support them more, be there for them at all times and listen to their real needs?

If we are ready to use our body to feel and respond to the earth needs, what prevent us from doing the same with our simple and basic needs? Would you question the earth needs of water, air and sun? or the amount required? Our body is just the same! It's beautiful! Radient! Amazing! Responsive! Resilient! And so smart!!

The day I started to let go and honestly, genuinely trusted my body, everything fell into place like magic. Would you try and do that? Unconditionally love and trust your body and its needs, without judgement on quality or quantity, without overthinking, without any remote control, without fear..? 

Do me a favour. Give it a try and practice! Like in any sports or new skills, it needs a bit of training and practice before it becomes fluid, a habit, so natural and easy. But you'll get so much fun and freedom!!!

Life is too short to be small!


Version française

Je n'avais pas vraiment prévu de parler de ce sujet sur ce blog. Mais les événements de ces dernières semaines me font réaliser que j'ai vraiment envie d'en parler et écrire car ma propre expérience personnelle peut aider d'autres personnes, d'autres femmes, d'autres sportifs(ves) et apporter un autre regard sur ce sujet.

La relation conflictuelle que les gens, spécialement les femmes, entretiennent avec leur corps

Je m'explique:
Le week-end dernier, j'ai participé à une formation passionnante sur deux jours sur la géobilogie sensitive. Ou comment utiliser notre corps pour sentir les perturbations de notre environnement (maison, bureau, locaux divers, etc) qui seraient néfastes à toute forme de vie et comment les corriger. En très simplifié, la géobiologie étudie l’impact des phénomènes invisibles, et permet d’appréhender l’influence des lieux sur tout ce qui vit : l’homme, l’animal, le végétal.  Le but étant de créer des lieux de vie qui soient sains et agréables. Les spécialistes protesteeront certainement que c'est une peu léger comme explication, et j'en conviens; cependant cela suffira largement au propos de ce post.  

J'ai donc passé deux super journées en copmpagnie d'un joyeux groupe de 6 femmes - les hommes étant aux abonnés absents! (il valait mieux, peut-être!), à apprendre, étudier, expérimenter la géobiologie sensitive et les outils incroyables que possède notre corps pour sentir les perturbations et réharmoniser les lieux. Nous avons beaucoup pratiqué, sur des plans d'architecte et en extérieru sur des sites sacrés pour sentir le potentiel énergétique de ces lieux. Tous les outils appris et explorés ont permis de mettre en lumière la capacité incroyable de notre corps à sentir et à nous transmettre les informations captées dans notre environnement.  Je n'irai pas plus loin ici sur l'aspect spirituel, psychique ni sur le potentiel gigantesque de notre esprit. Restons bien terre-à-terre et concentrons-nous sur le corps et sa capacité à capter et à nous traduire, nous restituer.

C'était fascinant de voir la variété d'outils que chacune d'entre nous a découvert et le potentiel de développment de ces perceptions pour devenir de plus en plus fines et précises. Et pour chacune d'entre nous, le corps avait sa manière bien particulière de communiquer, ressentir, transmettre.

L'accent a aussi été mis sur le respect et l'attention particulière avec lesquels devaient être traitées toutes informations, toutes perceptions. Pas de jugement, Juste de l'empathie, de la tendresse, comme on le ferait avec un ami cher. Et c'était magique de voir ce groupe de femmes à l'écoute des messages de leur corps, des besoins des lieux, avec tant de simplicité et de bienveillance, sans pour autant être mièvre! 

Et pourtant... A chaque pause... j'étais étonnée de voir la manière dont ces femmes, si intuitives pendant la pratique, se maltraitaient, et notamment en rapport avec leur corps. Pas physiquement, pas directement. Mais par le nombre de commentaires et de pensées négatives à leur encontre, à l'encontre de leur corps et de la nourriture consommée...  parfois sur le ton de la plaisanterie, "juste pour rigoler", parfois non. Chacun de ces commentaires, de ces petites phrases anodines s'apparentent à des flèches qu'elles se tiraient directement mais inconsciemment dessus. J'ai ressenti une vraie détresse, une vraie impuissance, une sorte de désespoir derrière toutes ces remarques dites "l'air de rien"  par rapport à des souffrances physiques, les questions de poids, de corpulence, etc. Pour des femmes si sensibles, participant à un cours avancé de développement de capacités "extra-sensitives" et qui démontraient un tel talent à écouter leur corps, cela m'a fait un drôle d'effet... 

Pourquoi devons-nous continuellement nous faire souffrir quand il s'agit de notre propre corps?

Il y a mille réponses possibles à cette question. Ok. Mais, pourquoi continuer? A quoi bon? Quand je pose la question, la réponse que l'on me renvoie souvent, c'est "que je ne peux pas comprendre; j'ai de la chance et ne peux pas savoir ce que cela fait d'être en surpoids, etc." Eh bien, c'est très loin d'être la vérité. Je reviens de loin, de très loin. Mon chemin a été très long et compliqué avant d'en être où je suis actuellement. Mon corps, je l'ai fait terriblement souffrir; j'ai été extrêment dure avec moi-même et lui en ai fait voir de toutes les couleurs. J'ai fait beaucoup de dégâts. En y repensant, cela me semble incroyable d'avoir pu être aussi cruelle et intransigeante envers lui, et donc moi-même. Et pourtant mon corps m'a toujours soutenue; il ne m'a jamais laissé tomber, même dans les pires moments de ce que j'ai pu lui infliger, comme s'il savait que tôt ou tard je finirai par comprendre. Alors oui. Je comprends. Je comprends beaucoup trop bien ce que vivent et s'infligent au quotidien, par des actes ou des pensées jugeantes, contrôlantes, des milliers de femmes mécontentes de leur corps. Je suis passée par là et je continue chaque jour d'avancer, d'évoluer. C'est pourquoi j'aimerais tellement permettre à chacun de retrouver une confiance totale en eux-même et en leur corps magnifique.

Seriez-vous capable de traiter votre meilleur ami de la même façon dont vous vous traitez? Porteriez-vous le même regard intransigeant, cruel et critique sur quelqu'un de cher qui serait tout le temps là pour vous, qui ne vous laisserait jamais tomber, en toutes circonstances et quoi qu'il arrive? Seriez-vous autant sans pitié face à quelqu'un de blessé, affamé, ou désespéré? 
Ou lui porteriez-vous plutôt davantage d'attention, d'amour, de gentilesse, de soins, de soutien et seriez encore davantage à l'écoute de ses vrais besoins pour qu'il ne manque de rien?

Si nous sommes prêt)e)s à utiliser notre corps pour entendre, sentir et répondre aux besoins de la Terre et de notre environnement, qu'est-ce qui nous empêche de le faire pour nous-même, d'entendre les messages de notre corps et de ses véritables besoins, souvent simples et basiques? Questionneriez-vous les besoins de la Terre en eau, air et lumière ou la quantité nécessaire en fonction des saisons? Pourquoi notre corps serait-il différent? Il est tellement bien fait! Magnifique, lumineux, étonnant, résilient et d'une telle intelligence!

Le jour où j'ai décidé sincèrement et complétement d'arrêter le sur-contrôle et les pensées jugeantes et destructrices, le jour où j'ai décidé de faire réellement confiance à mon corps, tout a changé. Tout s'est mis en place comme par magie. Seriez-vous prêt(e)s à essayer? A accorder votre confiance totale à votre corps, comme à votre meilleur ami, et en ses besoins, sans porter de jugement quel qu'il soit, restrictif, de quantité, de qualité, sans chercher à contrôler à distance, sans peur...? 

Je vous encourage à essayer! Vous avez tout à y gagner! Comme dans tous les sports et apprentissages de nouvelles compétences, cela demande un peu d'entraînement, de pratique avant de devenir naturel et fluide. Mais vous y gangerez tant en énergie, liberté et  joie de vivre!!!

La vie est trop courte pour être restreinte!